Dur dur de décentraliser l’énergie en France

Le conseil supérieur de la formation et de la recherche stratégique (CSFRS) a récemment organisé un colloque sur la décentralisation de l’énergie produite en France. Le débat a montré les difficultés causées par le jacobinisme français qui défend l’indivisible de la République française. L’énergie est France est difficile à décentraliser, par conséquent, les énergie renouvelable ont plus de mal à s’implanter.

Plusieurs éléments expliquent cette lenteur au changement. Le poids du passé. Evoqué lors du colloque, le passé énergétique français pèse sur les ambitions du changement. Le réseau électrique étant centralisé, il n’est pas facile d’amener l’évolution, même si les collectivités locales s’intéressent de plus en plus aux enjeux énergétiques. En quelques sortes, la centralisation fait partie de la culture, c’est pourquoi certains appellent à une révolution de la culture énergétique. Il ne faut pas attendre qu’une loi vienne imposer le changement, il faut faire ce changement maintenant avec les outils disponibles pour agir plus localement.

La volonté du changement. La tâche n’est pas évidente mais des lueurs optimistes sont déjà présentes. La préoccupation globale sur l’environnement est très importante dans les transports et le bâtiment. Les émissions de CO2 préoccupent. Les élus s’interroge sur les alternatives. Il faut construire, vivre et se déplacer autrement. C’est la problématique soulevée et partagée par de nombreuses personnes comme Roman Nägeli (consultant chez Sofies), Christian Pierret et Axel Strang (chargé de mission filières vertes à la Direction générale de l’énergie et du climat du ministère de l’Ecologie. Les acteurs locaux doivent s’approprier ce défi. Il est d’ailleurs constaté que la conscience progresse.

L’action concrète. Comme dans tout projet, il faut de la persévérance et du courage pour arriver à la fin. Même si le sujet traine déjà depuis trop longtemps pour certain, c’est encore une nouveauté pour d’autre. Des difficultés sont rentrées pour surmonter ces épreuves et réussir son action politique locale. Des allusions au village d’Astérix sont faites, ces petits gaulois qui luttent sans relâche pour défendre leur cause et échapper à l’envahisseur. Dans le cas présent, les Gaulois du village serait en train de négocier avec les Romains pour manger du sanglier dans tout l’Empire. Ils essaient en même temps de convaincre les peuples vaincus. Obélix et ses amis sont persuadés que le sanglier est indispensable au bon équilibre alimentaire, mais les Romains sont toujours fanatiques du poulet qu’ils exportent dans tout l’Empire.

 

Source : actu-environnement.com

Retrouvez toutes les infos du Bio sur bioalaune.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>