Les revenus des agriculteurs en baisse de 18,7% en 2013

tracteur labourant un champ de blé
Le salaire des agriculteurs à la baisse en 2013
Par Manon Laplace publié le
2686 lectures

Le ministère de l'Agriculture a publié les chiffres prévisionnels relatifs au revenu annuel moyen des agriculteurs en 2013, ceux-ci affichent une baisse de 18,7% par rapport à 2012.

Alors que le gouvernement planche sur la répartition des aides européennes, Stéphane Le Foll a annoncé les chiffres prévisionnels du revenu des agriculteurs en 2013. Selon le Service de la Statistique et de la Prospective du Ministère de l’Agriculture, pour l’année 2013, les revenus annuels moyens des agriculteurs auraient baissé de 18,7%.

Les comptes prévisionnels de l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) affichent une chute des prix des céréales, des oléagineux, des protéagineux des pommes de terre et des oeufs, parallèlement à une augmentation des charges pour les agriculteurs français du fait d’une hausse des prix de l’alimentation animale et de la progression des quantités d’engrais utilisés. Des tendances qui engendrent une baisse significative du revenu des agriculteurs.

Les céréaliers seraient les plus touchés par cet effondrement avec une baisse de revenu de 57% par rapport à 2012.

Du côté des éleveurs, la tendance est globalement négative. Les salaires des volaillers par exemple, très impactés par la montée des prix, seraient passés de 32 800 euros en 2012 à 20 800 en 2013. Même difficulté du côté des éleveurs caprins et ovins. Seuls les éleveurs laitiers bénéficient d’une légère amélioration de leurs revenus avec 25 100 euros en 2013 contre 24 300 en 2012. Les mieux lotis étant les producteurs de porcs avec des revenus annuels moyens de 40 500€. Tout en haut du tableau, les viticulteurs avec une moyenne de 52 600 euros et une progression de 32,99%.

Si face à ces publication certains comma la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) et la Fédération Nationale Porcine s’interrogent sur la pertinence et la crédibilité de ces chiffres, le Syndicat de la Confédération Paysanne au contraire estime qu’ils doivent servir à aiguiller les pouvoirs publics quant à la répartition du budget afin de corriger les disparités. Ces chiffres sont par ailleurs à prendre à titre indicatif, car ils ne prennent pas en compte les petites exploitations, et traitent uniquement de celles qui affichent un chiffre d’affaire supérieur à 25 000 euros, excluant ainsi près de 40% des fermes des résultats.

Et les agriculteurs bio ?

Si de manière générale le rendement des fermes Bio est moins important que celui des exploitations conventionnelles, une étude des Nations Unies affirme qu'en moyenne, les exploitations biologiques sont plus profitables économiquement, puisqu'ayant des coûts de production généralement moins élevés. Le faible usage d'intrants notamment, constitue une économie non négligeables pour les agriculteurs. Par ailleurs, la main-d'oeuvre des cultures biologiques serait en moyenne payée 10 à 20% plus cher que celle travaillant dans les fermes classiques.

Le bio, en plus de ses bienfaits pour la santé, est plus profitable économiquement aux producteurs. Mangez bio pour l'environnement, pour la santé de votre corps et par respect envers les personnes qui vous nourrissent.

Rédaction: Manon Laplace

Commentaires