Tous nos conseils pour un repas de fête éco-responsable

Assiette de Noël présentée sur table
Repas de Noël éco-responsable - © Marina Grau
Par bioalaune publié le
4066 lectures

Du saumon fumé aux chocolats sans oublier le vin, quels produits préférer ? Vers quels labels se tourner pour éviter que la cruauté, les pesticides ou encore la pollution s’invitent à votre table et finissent par vous peser sur l’estomac.

Synonyme de surabondance et de gaspillage, le repas de fêtes est par définition aux antipodes de l’attitude éco-responsable, les hôtes préférant souvent fermer les yeux sur l’origine des mets qu’ils servent.

Les entrées

Le foie gras est à bannir de votre menu si vous supportez la cause animale. Il est toutefois possible de trouver du foie gras de canards sauvages élevés en plein air et nourris naturellement. Une alternative à l’élevage industriel et au gavage. Vous pouvez également opter pour le Tofoie gras, une recette de foie gras végétalien à base de tofu, créée par Sébastien Kardinal à déguster sur du pain sans huile de palme, bien entendu.

Le saumon devra être issu d’élevage bio afin de garantir une alimentation correcte et des conditions d’élevage respectueuses de l’environnement. En revanche, vous pouvez consommez les huîtres sans modération. En effet, leur culture est bio par définition et soumise à des contrôles rigoureux du moment qu’elles viennent des côtes françaises.

Le plat de résistance

Inutile de faire l’impasse sur la traditionnelle dinde aux marrons. La volaille a un impact carbone moindre par rapport à la viande rouge. Assurez-vous toutefois qu’elle soit certifiée “label rouge” ou mieux “bio” afin de garantir encore une fois, des conditions d’élevage dignes. La PMAF (Protection Mondiale des Animaux de Ferme) estime à 6 millions le nombre de dindes destinées aux repas de fin d’années qui ne résistent pas aux conditions d’élevage. Pommes de terre, carottes, champignons, marrons et tout autre légume de saison accompagneront parfaitement votre plat. 

Le dessert

Les ingrédients composants la bûche glacée sont difficilement traçables, il est donc préférable de réaliser son dessert “maison” avec des produits de base et de saison. Vous pouvez essayer notre recette de bûche à la poire et à la crème de chataîgne.

Les truffes et autres confiseries chocolatées font partie intégrante de la fête. Privilégiez le chocolat issus du commerce équitable certifié Max Havelaar qui garantie l’absence de pesticide, d’engrais et d’OGM.

Les boissons

Afin de ne pas inviter les pesticides à la fête, les jus de fruits, vins et champagnes seront bio.

Le premier geste à adopter est d’adapter la quantité au nombre de convives afin d’éviter les trop nombreux restes qui termineront inéluctablement à la poubelle. Privilégiez toujours les producteurs locaux afin de limiter l’emprunte carbone. Vous pourrez aisément les rencontrer sur les marchés. Enfin, bannissez la vaisselle jetable trop polluante. C’est le moment ou jamais de sortir la vaisselle que vous ne réservez qu’aux grandes occasions. Si vous n’en avez pas en quantité suffisante, empruntez-en ou pensez à la location.

Chrystelle Camier

Commentaires