Sapin de Noël naturel ou artificiel, lequel est le plus vert?

Sapins de Noël sous la neige
Sapin de Noël naturel ou artificiel, lequel est le plus vert?
Par Manon Laplace publié le
6446 lectures

Entre sapin artificiel, qui dure plus longtemps, et sapin véritable, biodégradable, comment savoir lequel est le plus écologique? Pour des fêtes aussi vertes que possible, choisissez le bon sapin.

Artificiel, naturel, sur palette ou en pot, de France où d’ailleurs, Bio à la une vous livre ses conseils pour bien choisi votre sapin, et passer un Noël écolo.

Sapin artificiel ou sapin naturel ?

S’il est réputé pour avoir une durée de vie plus longue, et donc générer moins de déchets immédiats, le sapin artificiel est-il pour autant plus écologique qu’un sapin naturel? Pas sûr. Il faut d’abord savoir que les faux sapins sont en moyenne changés tous les trois ans. Pas si viables donc, il sont par ailleurs principalement constitués de plastique, non biodégradable, et sa combustion reste extrêmement polluante. A cela s’ajoute le lourd bian carbone des sapins artificiels, lié à leur transport, ceux-ci étant en grande partie importés d’Asie. Il semblerait donc que le sapin artificiel, à moins de le garder une vingtaine d’années, ne soit pas le meilleur choix pour l'environnement.

Mais les sapins naturels, coupés puis jetés pour quelques semaines d’utilisation seulement sont-ils plus écologiques? En premier lieu, il est bon de noter que le sapin qui trône au milieu du salon est rarement issu d’une forêt, et ne participe donc pas au déboisement. En effet, les sapins proviennent dans la plupart des cas de plantations dédiée au marché des arbres de Noël. Plus encore, ils sont plantés sur des surfaces généralement laissées en jachère, du fait d’un sol trop acide qui ne convient pas aux autres plantations. Concernant le bilan des emissions à effet de serre, un arbre naturel aurait un impact carbone de 3.1 kilos, principalement lié à son transport, contre 8.1 pour un arbre artificiel. Pour un impact écologique moindre donc, choisissez, dans la mesure du possible, un arbre cultivé près de chez vous. En France, la Bourgogne et la Franche-Comté sont les principales régions productrices de sapin.

Des culture polluantes

Le sapin naturel serait alors un bien meilleur choix que son homologue artificiel. Néanmoins, sa culture pose le problème de toutes les monocultures traditionnelles: appauvrissement de la biodiversité d’une part, pollution des sols et des nappes phréatiques d’autres part. Bien que les producteurs aient réduit jusqu’à cinq fois leur utilisation de produits phytosanitaires ces dix dernières années, la forte demande et le souci de rendement engendrent un recours aux intrants encore trop important.
Si les cultures de sapins Bio restent rares, certains pépiniéristes sa lancent dans l’aventure, à l’image de France Sapin Bio qui fait grandir ses “bios sapins” dans les Pyrénées Ariégeoises, une belle initiative pour un Noël plus vert. Pour les sapins traditionnels, certains labels tel que Plante Bleue, garantissent néanmoins une production plus raisonnée et des conditions de cultures moins délétères pour l'environnement.

Après les fêtes, que faire de son sapin ?

Si vos sapins en pot ont survécu aux fêtes et si vous avez un jardin, la première option peut être de donner une seconde vie à votre arbre en le replantant. Sinon, vous pouvez le déposer dans une déchetterie où il sera recyclé en copeaux ou en engrais. N’oubliez pas non plus les sacs à sapins, 100 % biodégradables et compostables, vendus au profit d’Handicap International, qui vous permettront de vous débarrasser plus facilement de votre arbre de Noël.
Pour les plus occupés, l’opération “adopte un sapin” de Treezmas vous propose la livraison à domicile d’un sapin cultivé dans le Morvan, et la reprise de l’arbre après les fêtes.

Enfin, si vous voulez avoir un sapin unique au pied duquel déposer les cadeaux sans vous encombrer d’un arbre, il est toujours possible de recréer un sapin de Noël insolite et écologique avec peu d’objets et pas mal d’huile de coude. Vous pouvez notamment piquer quelques idées à ces bricoleurs.

Rédaction: Manon Laplace

Commentaires