Faut-il manger de tout pour être en bonne santé ?

plateau d'aliments divers
Faut-il manger de tout pour être en bonne santé - © monticellllo
Par Mathieu Doutreligne publié le
21695 lectures

Avant de comprendre s’il faut manger de tout pour être en bonne santé et de savoir faire les bons choix pour bien manger, il faut bien comprendre que lorsque vous faites vos courses alimentaires, les magasins sont toujours heureux de vous accueillir pour que vous y dépensiez votre argent. Le plus possible de préférence. D’une manière générale, ces magasins proposent trois types de produits. Les véritables bons produits, les mauvais et les produits déséquilibrés, c’est-à-dire ceux originellement bénéfiques pour la santé, mais au final retravaillés pour être vendus plus facilement.

En mangeant un peu de tout, contrairement à ce qu’on pense, vous êtes sûr d’être soit fatigué, malade, gros ou stressé. Il faut surtout apprendre à manger les bonnes choses et à éviter les mauvaises.

Faire vendre plutôt que faire vivre

La prochaine fois que vous franchirez le seuil d’un magasin, pensez bien à une chose : tous les produits exposés sont retravaillés pour vous faire consommer. Le service marketing des marques y connaît quelque chose. Chaque type de gâteau, soupe ou pâte à tartiner possède un chef de produits dont le seul but est de travailler au mieux pour vendre un maximum.

N’êtes-vous jamais entré dans un magasin avec une liste de courses précise pour en sortir avec des extras, de petits plaisirs auxquels vous ne pensiez pas, ou de nouvelles idées cuisines ? D’un certain point de vue, vous vous êtes fait avoir.

Derrière tout cela il y a des dizaines, même parfois des centaines, de cerveaux BAC+5 qui travaillent du lundi au vendredi, qui étudient à plein temps et de manière très précise votre comportement de consommateur pour connaître avec précision la couleur, la texture, l’emballage, la teneur en sucre, l’odeur, la durée de conservation, la taille des lettres par rapport aux illustrations et un certain nombre de choses dont vous n’avez même pas idée mais qu’il faut respecter pour plaire au plus grand nombre et… (vous connaissez la fin). Toutes ces personnes sont bien-entendu dans l’obligation de justifier devant leurs supérieurs la progression des ventes et d’imaginer tous les jours de nouvelles techniques à mettre en place pour décupler les ventes. Désormais, réfléchissez longuement à la maison à votre liste de courses et respectez-la en entrant dans les temples modernes de surconsommation.

L’amande : exemple parfait du faux produit sain

L’amande est l’un des meilleurs exemples de produit sain transformé par le marketing pour augmenter les ventes, ayant pour effet secondaire d’altérer ses bienfaits. Ce fruit de l’amandier est riche en acides gras monoinsaturés et polyinsaturés, en vitamine E, B1, B6 et B9, mais également en magnésium, potassium, phosphore et fer. Ces caractéristiques ont pour conséquence de la rendre excellente pour la santé si vous en croquez quelques-unes par jour. Les amandes vous aident à perdre du poids et font baisser le cholestérol. Elles contribuent au bon fonctionnement du coeur et luttent contre le diabète. Sachez également qu’un quart de tasse d’amandes contient plus de protéines qu’un oeuf, les végétariens vous le confirmeront.

À lire tout cela, vous n’avez qu’une envie, celle de courir en acheter dans le magasin le plus proche. Mais les têtes bien pensantes du marketing sont passées par là en s’apercevant que, légèrement grillées, ces rosacées craquaient mieux sous la dent. Puis ils ont vu que bien salées, elles faisaient plus saliver. Mais ça ne suffisait pas alors ils ont ajouté un petit goût de fumé, irrésistible.

En rendant les amandes grillées, salées et fumées, on modifie leurs qualités nutritionnelles. La cuisson a éliminé les acides gras polyinsaturés, un grand nombre de vitamines et le sel ne peut tenir qu’en ayant ajouté de l’huile d’arachide. On parle alors de produit déséquilibré.

Hélas, l’amande n’est pas un cas isolé, des centaines de produit ont ainsi été modifiés pour plaire aux consommateurs, pour qu’on mange “un peu de tout”.

Les solutions pour bien manger

Pour bien manger, mettez de la couleur dans votre assiette et évitez les aliments clairs. Si c’est blanc, ne le mangez pas : farine blanche, pain blanc, lait, pâtes blanches, etc. On dit souvent que la pâleur des aliments signifie une absence de nutriments essentiels. Adoptez le “régime arc-en-ciel” : aubergine, poivron, épinards, blettes, carottes, etc. L’objectif est d’obtenir un maximum de vitamines, d’antioxydants et de minéraux pour votre organisme.

Faites attention à l’indice glycémique (IG) et surtout au mythe que l’on connaît sur les sucres lents et rapides. Pain, pommes de terre, céréales, pizza, viennoiseries, manger des sucres lents fait monter le taux de sucre plus rapidement qu’ingérer des sucres rapides. Cela provoque un pic d’insuline, l’hormone fabriquée par le pancréas qui transforme le sucre en graisse, en grande partie stocké au niveau des viscères. S’en suit une diminution du taux de sucre sanguin dû à l’excès d’insuline et donc une hypoglycémie. Sachez qu’un bol de céréales équivaut à six morceaux de sucre.

La solution ultime n’est pas de ne plus manger, mais simplement de privilégier les aliments à indice glicémique bas : légumes, céréales complètes, lentilles, fruits secs, en les associant à d’autres. Rien n’est poison, tout est poison, seule la dose est mortelle.

Dernier conseil, respectez les règles de base d’une consommation éthique et saine : mangez bio, local et de saison. En conséquence de cela, n’hésitez pas à profiter de certaines baisses de prix liées aux pics de productions saisonniers. N’oubliez pas que manger des fruits ou légumes hors saison implique des prix plus élevés, dû à des cultures lointaines ou des cultures hors sols de moindre qualité. Sachez tout de même que les fruits ou légumes congelés ne sont pas à exclure de vos courses. Ces derniers possèdent souvent plus de vitamines que leurs équivalents frais, les aliments ayant été surgelés juste après la cueillette sans avoir transité plusieurs jours dans les transports et attendu votre main sur les étales.

 

Dans l'absolu, manger de tout signifie trouver sur sa table de la viande, du poisson, des féculents, des légumes, sans oublier les fruits et les produits laitiers. De cette expression populaire retenez qu’il faut varier son alimentation en restant constamment vigilant : les scandales alimentaires existent, les faux bons produits aussi.

Rédaction : Mathieu Doutreligne

Commentaires