Chocolat : chronique d'une pénurie annoncée

Tablette de chocolat et grain de cacao
Chocolat : chronique d'une pénurie annoncée
Par Mathieu Doutreligne publié le
3710 lectures

Conséquences du dérèglement climatique, de l'expansion du commerce équitable, ajoutées à la hausse de la consommation, les experts annoncent une pénurie de chocolat d'ici à 2020.

On lui prête des vertus anti-stress et anxiolytiques de par sa richesse en magnésium, autrement dit, le chocolat c'est bon pour le moral. Voilà pourtant une nouvelle qui risque fort de vous déprimer.

Alors que les fèves de cacao nécessitent la forte chaleur et l'humidité d'un climat équatorial, elles ont subi le dérèglement climatique, notamment en Afrique où 70% de la production de cacao est assurée. En effet, la sécheresse qui s'est abattue sur la région ouest cet été a eu des conséquences néfastes sur le développement des fèves. Et en octobre, ce sont des moisissures occasionnées par les précipitations inhabituellement importantes qui ont gâté une partie des récoltes. Pendant ce temps, en Indonésie, les cacaoyers souffrent de maladies. Au final, la production affiche cette année un déficit de 4% qui retentit inéluctablement sur les prix de vente que nous ne devrions pas tarder à ressentir.

Parallèlement, on assiste à une augmentation constante de la consommation de chocolat à travers le monde et à l’émergence d'un nouveau consommateur inquiétant : la Chine. Si pour le moment, il ne fait pas le poids avec les allemands qui consomment annuellement 11 kilos de chocolat par habitant, le risque que la demande devienne nettement supérieur à l'offre dans les années à venir est palpable.

Le chocolat serait-il en passe de devenir une denrée de luxe ?

Les experts estiment qu'il faudrait augmenter la production d'un million de tonnes pour couvrir la demande. Or de nombreuses plantations sont malades ou vieillissantes et non renouvelées.

On peut également déplorer dans certains cas l'abandon pur et simple de la culture du cacao au profit de celle de l'huile de palme ou du caoutchouc plus rentables (et écologiquement tragiques). En effet, le renforcement des mesures pour lutter contre l'esclavagisme des enfants dans les cultures de cacao en Afrique et amener les agriculteur à respecter le principe du commerce équitable, incitent les moins scrupuleux en ce sens.

Le cacao va donc se raréfier dans les années à venir et son prix sensiblement augmenter. Est-t-on sur le point d'assister à une extinction alimentaire ?

Rédaction : Chrystelle Camier

Commentaires