Monsanto se met au bio pour augmenter ses bénéfices

Coccinelle sur épi de blé
Monsanto se met au bio pour augmenter ses bénéfices - © Suriko
Par Mathieu Doutreligne publié le
15283 lectures

Monsanto et bio, voilà un bel oxymore. Cependant, la firme américaine souhaite développer des produits biologiques de biocontrôle afin de répondre à de nouvelles demandes.

Les produits naturels de biocontrôle sont des alternatifs aux produits chimiques, utilisés de plus en plus par les agriculteurs, bio ou pas. Cette nouvelle tendance intéresse particulièrement Monsanto, qui y voit un moyen d'accroître ses bénéfices.

Le biocontrôle est une solution naturelle pour améliorer la santé d’un champ, lutter contre les ravageurs et protéger les cultures. C’est une lutte biologique par les soldats naturels. On parle ici d’insectes, de champignons, de bactéries ou de phéromones. En effet, les coccinelles mangent des pucerons, le trichogramme lutte contre le pyrale de maïs, etc. Toutefois, même si ces solutions sont efficaces et naturelles, elles restent difficiles à mettre en place à grande échelle.

Avec un chiffre d’affaires qui se compte en milliard d’euros, le marché des produits agricoles biologiques devient de plus en plus juteux et le géant américain de l’agrochimie l’a bien compris. En décembre dernier, Monsanto s’alliait à Novozymes, entreprise danoise numéro un mondial des enzymes alimentaires et industrielles, pour créer The BioAg Alliance. Dans un communiqué, ils dévoilent leurs souhaits : “identifier, développer et vendre des solutions à base de micro-organismes qui permettent aux agriculteurs du monde entier d’augmenter les rendements des cultures en utilisant moins d’intrants”. L’alliance explique son objectif de développer une offre sur un marché de l’ordre de 1,6 milliard d’euros par an, avec des taux de croissance à deux chiffres au cours des dernières années.

Le vent tourne, les tendances se confirment. Les autres géants de la chimie multiplient les accords. L’allemand BASF a acheté Becker Underwood, spécialiste des technologies de semences enrobées de micro-organismes, Bayer a acquis AgraQuest qui produit et vend des pesticides biologiques. Présent depuis 25 ans dans le domaine avec Bioline, l’entreprise suisse Syngenta avoue connaître une très forte activité depuis deux ans.

Stéphane Le Foll, actuel ministre de l’agriculture, se montre à la fois inquiet et optimiste : “face aux géants de la chimie, il faut qu’on crée des géants du biocontrôle. Comme les groupes tels que Monsanto ont une surface financière plutôt importante, ma crainte, c’est qu’ils viennent avaler ceux qui sont en train de créer des choses nouvelles”.

Il faut savoir que la France n’est pas en retard dans ce domaine. L’hexagone possède une vingtaine de petites et moyennes entreprises très innovantes sur le sujet, employant plus de 4.000 personnes.

Afin de conserver le savoir-faire français et tenter de devenir leader, notre ministre réunira en mars prochain les acteurs français des produits biologiques de biocontrôle. Il explique : “je veux voir ce qu’on peut faire pour mieux se coordonner, pour mieux se soutenir, pour leur apporter un relais au niveau international”.

De son côté, le porte-parole de Monsanto France met en avant les avantages des grosses structures comme la leur, incitant la coalition : “aucune petite entreprise ne peut mettre sur le marché un OGM en raison des coûts de mise sur le marché et de recherche et développement”.

 

Rédaction : Mathieu Doutreligne

Commentaires