Head & Shoulders et Gillette déciment la forêt indonésienne pour fabriquer leurs produits

Parcelle de forêt déboisée
Procter & Gamble en partie responsable de la déforestation en Indonésie
Par Manon Laplace publié le
7289 lectures

La société Procter & Gamble est accusée par Greenpeace d'être en partie responsable de la déforestation massive qui frappe l'Indonésie. En caus ? La filière d'approvisionnement en huile de palme de la firme, dont la culture participe au déboisement en Idonésie.

La multinationale Procter & Gamble, qui regroupe notamment les marques Head & Shoulders, Always, Gillette, Pampers ou Oral B, serait responsable de l’alarmante déforestation qui a lieu en Indonésie. C’est en tout cas ce qu’affirme Greenpeace qui dénonce les pratiques des exploitants indonésiens d’huile de palme auprès desquels se fourni la firme. Selon l’ONG, Procter & Gamble rendrait ainsi “les consommateurs complices à leur insu de la destruction de l’habitat du tigre de Sumatra et des orangs-outans , deux espèces menacées d’extinction.”

Massivement extraite des forêts indonésiennes, l’huile de palme ente notamment dans la composition de certains shampoings de marques de la firme, ainsi que dans celle de nombreux produits d’hygiène de consommation courante tels que les gels de rasage Gillette. Après une année d’enquête, l’ONG estime que l’activité des exploitants d’huile de palme en Indonésie entraînerait chaque minute la disparition de parcelles de forêt équivalentes à neuf piscines olympiques.

Contrairement à certaines firmes multinationales telles que Unilever, Nestlè ou l’Oréal, qui se sont engagés à modifier leur chaîne d’approvisionnement de l’huile de palme suite aux campagnes de Greenpeace, Procter & Gamble n’a pris encore pris aucun engagement visant à rendre leurs filières d’exploitation plus propres. “[P&G] doit faire du ménage dans ses procédures et garantir à ses clients que ses produits sont inoffensifs pour la forêt” affirme Bustar Maitar, responsable de la campagne indonésienne de Greenpeace.

Sur le territoire indonésien, de plus en plus de producteurs se sont fixé pour objectif de convertir leurs systèmes de culture en exploitations durables afin de préserver les ressources forestières du pays. L’Indonésie, qui possède le troisième bassin de forêts équatoriales dans le monde après le Brésil et la République démocratique du Congo, a vu la moitié de ses ressources forestières disparaître au cours de ces cinquante dernières années. Une déforestation principalement liée à l’exploitation de l’huile de palme, dont l’Indonésie est le premier producteur mondial avec pour ambition d’augmenter sa production de 60% d’ici à 2020.


Rédaction : Manon Laplace
 

Commentaires