Orthorexie : quand Danone dénonce le "manger sain"

Femme mangeant une carotte et tenant des crudités dans ses bras
Manger sain est-il devenu un comportement pathologique ?
Par Manon Laplace publié le
21259 lectures

Pour certains, le "manger sain" s'apparenterait à une forme de comportement obsessionnel. On parle alors d'orthorexie, une "pathologie" que dénonce notamment l'institut Danone. 

« Alors que l’anorexique est obsédé par la quantité et la densité énergétique des aliments qu’il incorpore, l’orthorexique, lui, se fixe sur la qualité de ces aliments. [...] Pour certains individus, la préoccupation nutritionnelle devient le centre des inquiétudes et des choix : se nourrir pour être toujours “mieux”, toujours plus “sain”, toujours plus “beau”. ». Voilà le message d'alarme que l’on peut lire sur le site de l’institut Danone. Il s’agit ici de dénoncer l’orthorexie : un comportement alimentaire consistant à observer rigoureusement certaines règles du “manger sain”. Pour certains médecins il s'agirait d'une pathologie qui pourrait s’apparenter à une forme de trouble obsessionnel compulsif (TOC).

Au début des années 2000, le Dr américain Steven Bratman dénonçait le premier cette pathologie sous le nom d’ortho-orexia nervosa. Orthos signifiant droit, et orexis faisant référence à la nourriture et l’appétit en grec ancien. Selon lui, l’orthorexie se caractérise notamment par une volonté stricte de privilégier les produits frais, naturels et bio, et de bannir les aliments raffinés, industriels ou transformés de son alimentation. Ce qui pourrait, toujours selon le Dr Bratman, relever d'un comportement pathologique. Certains spécialistes vont jusqu'à parler d’une “souffrance” liée à ce besoin d’une alimentation saine et équilibrée, évoquant certains cas d'isolement social liés à la nourriture. Par volonté de contrôler le contenu de son assiette, l’individu souffrant d'orthorexie pourrait se priver de sorties au restaurant ou de repas chez les membres de son entourage.

En somme, l’orthorexie consisterait à ne sélectionner que des aliments ayant un intérêt nutritionnel, exempts de toute contamination et à surveiller l’origine des aliments. « Une personne souffrant d’orthorexie va étudier avec précision la composition de tout ce qu’elle mange traquant tous les ingrédients jugés impropres à la consommation (aliments tous prêts, fast-food, etc). » peut-on lire sur le site de Marie-Claire à propos de cette “maladie du manger sain”.

Et vous, considérez-vous que la quête rigoureuse du “manger sain” puisse être définie comme une pathologie ?


Rédaction : Manon Laplace
 

Commentaires