Les océans bien plus pollués qu'on ne l'imagine

Pneu de voiture sur fond marin
Des déchets humains jusqu'à 4 500 mètres de profondeur
Par Manon Laplace publié le
8527 lectures

Des scientifiques européens ont révélé la présence de nombreux déchets humains jusque dans les profondeurs marines des océans Altantique, Arctique et de la mer Méditerranée.

Sacs plastiques, bouteilles en verre ou filets de pêche, voilà ce que des chercheurs ont trouvé dans les fonds marins des océans Arctique, Atlantique et de la mer Méditerranée. On connaissait l’importance de la pollution des cours d'eau et de la surface des océans, avec notamment le 6ème continent de déchets dans l’océan Pacifique. On sait désormais que les profondeurs marines ne sont pas épargnées.

Jeudi 1er mai, la revue scientifique Plos One publiait la plus grande enquête jamais réalisée sur la présence de détritus humains dans les fonds marins. Des scientifiques de l’Université des Açores et de divers organismes de recherche européens faisaient part de leur analyse de près de 600 échantillons trouvés entre 35 et 4 500 mètres de profondeur.

La Méditerranée serait la zone d’Europe la plus impactée, avec principalement des déchets plastiques (41%) et des lignes et filets de pêche abandonnés (34%). Si la proximité avec de grandes agglomérations semble avoir un lien avec le niveau de pollution des fonds marins, certains sites, pourtant vierges de toute exploration humaine seraient également touchés. “La plupart des eaux profondes n’ont pas été explorées et il s’agissait de notre première visite sur bon nombre de ces sites marins, mais nous étions choqués de voir que nos ordures étaient arrivés là avant nous.” s’indigne le Dr Kerry Howell qui a pris part aux recherches.

Les rebuts accumulés dans les eaux marines sont une menace environnementale croissante. Chaque année, on estime que 6,4 millions de tonnes de déchets sont rejetées dans les océans. Ces détritus représentent un vrai danger pour les écosystèmes sous-marins. En plus d’introduire des substances chimiques potentiellement mortelles pour la faune marine, certains plastiques peuvent être confondus avec de la nourriture, menant les animaux à l'étouffement. En outre, les filets et lignes de pêche abandonnés participent au phénomène de la “pêche fantôme”. Déposés au fond des eaux, ils continuent de piéger poissons, tortues ou coraux.

 


Rédaction : Manon Laplace
Source : Revue Plos One

Commentaires