10 tuyaux pour un quotidien plus solidaire

Personnes joignant leurs mains
10 tuyaux pour un quotidien plus solidaire
Par Manon Laplace publié le
6148 lectures

Et si la clé d’une consommation responsable était la solidarité ? Partager ses repas, prêter sa voiture, troquer ses vêtements, échanger ses services, les initiatives collaboratives et engagées ne manquent pas. Bio à la Une fait la lumière sur dix projets qui rendent le quotidien un plus solidaire.

1 On partage son frigo

Des frigos collaboratifs dans les halls d’immeuble pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Voilà le projet de l’association Partage ton frigo née en Lorraine à l’automne dernier. Chaque Français jette en moyenne 20 kg de nourriture par an. Un constat face auquel les membres de l'association ont décidé de ne pas rester les bras croisés. Leur idée, déposer le surplus alimentaire dans ces espaces collectifs et les partager avec les habitants de l'immeuble ou du quartier. Résultat, on gaspille moins et on crée du lien avec le voisinage.

2 On se fait aider pour réparer ses objets mal en point

Grille-pain en rade, réveille qui faiblit ou vêtement déchiré. Pourquoi jeter lorsque l’on peut réparer ? À tous ceux qui n’auraient pas la fibre bricoleuse ou n’ont jamais tenu une aiguille à coudre de leur vie, les Repair cafés sont là pour vous aider. Ces espaces collaboratifs ouverts à tous proposent de ramener vos objets en mauvais état à la vie à l’aide d'experts et de matériel de pro mis à disposition. On prend un thé, on bricole et on profite des conseils des bricoleurs.

3 On troque sa garde-robe

Sites internet dédiés ou trocs parties, le troc vestimentaire est à la mode. Pour renouveler sa garde-robe de manière économique et solidaire, il est désormais possible d’organiser ou de s’inscrire à une soirée troc. C’est ce que propose notamment le site Prêt-à-troquer. Sinon on propose ses vêtements à l’achat ou à l’échange sur des sites tels que Troc Vestiaire. On se débarrasse alors des vêtements et accessoires dont on n’a plus l’utilité et qui encombrent notre armoire en échange de nouvelles pièces.

4 On échange son surplus alimentaire

“Échange pommes de terre contre courgettes”. Voilà le genre d’annonces que l’on peut trouver sur les sites de troc alimentaire. Nous vous en parlions il y a quelques mois, les troqueurs de produits alimentaires sont de plus en plus nombreux. Pour ceux qui auraient une petite production et qui souhaiteraient échanger le surplus avec le voisin, des plateformes internet comme Troc alimentaire ou Le potiron proposent de vous mettre en contact avec les food troqueurs près de chez vous.

5 On partage son espace de travail

Parce qu’il est souvent difficile pour les jeunes entreprises ou les autoentrepreneurs de trouver des locaux ou de s’équiper, des citoyens solidaires ont créé des espaces de travail collectifs à louer à la journée ou à l’année, mettant à disposition locaux, matériel et wifi . C’est le principe du coworking. Partager un espace de travail tout équipé avec d'autres jeunes pousses entrepreneuriales. Certains proposent même des espaces spécialisés comme des cuisines ou des ateliers de fabrications pour les professionnels freinés par l’achat de matériel ou la recherche de locaux, souvent coûteux.

6 On mutualise ses objets

Besoin d’un outil de jardinage, d’un sac pour une randonnée ou d’un costume pour votre soirée déguisée ce weekend ? Pourquoi aller acheter un objet dont on ne se servira qu’une ou deux fois quand il encombre déjà les placards du voisin? C’est la question que s’est posé le site Kiwizz, une plateforme non-marchande de prêt d'objets qui favorise l'entraide et peut vous éviter bon nombre d'achats inutiles.

7 On offre ses services

L’entraide, voilà encore de quoi il est question avec ces sites qui proposent d’échanger ses services. Repassage contre meuble à monter. Cours d’anglais contre tonte de la pelouse. C'est le type d'échange que l'on peut être amené à faire via des sites tels que Le bon échange ou Yaka S’aider. On prend une heure de son temps pour aider un voisin qui nous donnera un coup de main le moment voulu.

8 On prête sa voiture et sa place de parking

Si les sites de covoiturage ont le vent en poupe, il existe de nouvelles options pour mutualiser sa voiture. Non seulement il est désormais possible de louer son véhicule directement de particulier à particulier, comme le propose le site Travelercar spécialisé dans le prêt de voiture dans les aéroport. Pour éviter les frais de parking à l'aéroport on prête son véhicule à un voyageur qui atterrit et on le récupère à son retour. Sans pour autant devoir partir en voyage, on cède à l’autopartage. L’autopartage kézako ? Il s’agit de géolocaliser les voitures près de chez vous et d’y avoir accès, sans clé, via une application. Mieux encore, les sites collaboratifs s’attaquent au cauchemar des automobilistes qui ne trouvent pas de place de stationnement. C’est le cas de Zenpark qui propose de mutualiser sa place de parking.

9 On va dîner chez l’habitant

Quoi de mieux pour créer du lien que de partager un bon repas ? En vacances comme à côté de chez soi, il est désormais possible de s’inviter chez l’habitant pour partager son dîner. C’est en tout cas ce que proposent certaines plateformes comme Cookening ou Beyond Croissant. On s’incruste alors chez les cordons bleus prêts à partager leur assiette pour un moment de convivialité et de gourmandise. Et s’il nous prend l’envie de passer derrière les fourneaux, on s’inscrit pour jouer les hôtes le temps d’une soirée.

10 On choisit l'habitat participatif

En matière de mode de vie solidaire et alternatif, certains poussent le concept encore plus loin et choisissent l’habitat participatif. En quelques mots, il s’agit de concevoir, créer et gérer collectivement son chez-soi de façon solidaire et écologique. Les voisins organisent entre eux la répartition des logements privatifs et la gestion des espaces communs. Chacun a son espace privé et partage les partie communes pour participer à la vie de la collectivité.


Rédaction : Manon Laplace
 

Commentaires