Les poulaillers communaux, nouvelle solution anti-déchets

Poule se nourrissant de restes alimentaires
Les poulaillers communaux, nouvelle solution anti-déchets
Par Manon Laplace publié le
8997 lectures

Des poules pour réduire ses déchets de manière naturelle et économique. Les poulaillers communaux sont solution collaborative et écologique à la gestion des rebuts organiques

Selon le Centre national d’information indépendante sur les déchets (CNIID), les Français produisent en moyenne 354 kg de déchets par personne et par an, dont 66 % finissent à la décharge ou sont incinérés. Pour réduire l’impact environnemental de leur municipalité, notamment en matière d'ordures, certaines communes françaises mettent en place des poulaillers collectifs, pris en charge par les habitants, et notamment les enfants.

Voilà un an que la commune bourguignonne de Viller les Pots a installé une dizaine de gallinacés sur un terrain prêté par la mairie. Ce poulailler partagé propose aux quelque 1050 habitants d'y déposer leurs restes alimentaires. En plus d’être écologique, l’initiative se veut collaborative. En effet, le projet a été financé à la fois par la municipalité et les habitants du village, dont certains se sont joints aux travaux de construction. Chaque semaine, trois enfants de la commune, aidés de parents ou d’élus prennent soin du poulailler, gagnant ainsi le droit de remplir leurs paniers d’oeufs frais.

Aujourd’hui le projet séduit de plus en plus de communes mais reste anecdotique. Pour Jean-Louis Bergey, directeur de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), “Cela reste marginal, mais ce n’est pas du tout farfelu, c’est un excellent moyen de réduction des déchets, au côté d’actions de masse comme le compostage individuel.”, explique-t-il au magazine Maxi sciences.

En plus de permettre une gestion propre des ordures ménagères, ces poulaillers permettent de fournir gratuitement habitants et agriculteurs en fumier naturel issu des fientes de volatiles. De l’engrais et des oeufs gratuits, moins de déchets, une dimension ludique et didactique pour les enfants. Autant d’arguments qui séduisent les particuliers. À Barsac en Gironde, les habitants ont adopté des centaines de poules, installées dans leur jardin. À terme, ce système pourrait permettre de réduire les détritus alimentaires de 150 tonnes, offrant ainsi une économie de 15 000 euros sur l’incinération.


Rédaction : Manon Laplace
 

Commentaires