3 astuces pour conserver vos légumes d'été toute l'année

Bocal de tomates séchées, ail et romarin
3 astuces naturelles pour conserver vos légumes d'été toute l'année
Par Manon Laplace publié le
13444 lectures

Conserves, déshydratation ou surgélation. Découvrez nos méthodes pour profiter de bons produits bio estivaux, même en hiver.

Précepte incontournable d’une consommation responsable, manger bio et de saison n’est pas toujours chose aisée. Pourtant, il existe des moyens simples et naturels de faire un pied de nez à la saisonnalité sans pour autant avoir recours à des produits importés ou arrosés aux pesticides. Plus besoin non plus de se ruer sur les conserves proposées par la grande distribution qui débordent souvent d’additifs alimentaires en tout genre. Désormais on mise sur le fait maison. Économiques et écologiques, voilà trois méthodes qui vous permettront de déguster vos fruits et légumes d’été toute l’année.

La déshydratation

À l’aide d’un four, un d’un déshydrateur prévu à cet effet, on élimine l’eau des fruits et légumes, mais aussi de la viande ou du poisson. On pourra ainsi conserver les pommes, raisins, tomates ou encore courgettes séchés pendant près d’un an, tout en maintenant une bonne partie de leur valeur nutritive.

Au four, on fait sécher les végétaux longuement à basse température (de 30°C à 40°C). Après les avoir lavé, blanchis et coupés on dispose les aliments sur une plaque que l’on enfourne. Bien qu'efficace, cette méthode, souvent très longue, est énergivore, donc pas la plus écologique.

Si l’ensoleillement le permet, il est également possible de sécher ses produits de manière plus naturelle. Il suffit pour cela de disposer les morceaux pré-coupés sur une plaque, de les recouvrir d’un linge très fin et de les laisser au soleil en prenant soin de les retourner régulièrement.

Libre à chacun par la suite de conserver les aliments tels quels en sachets, ou de les mettre sous huile, comme cela se fait pour les tomates ou les champignons.

Les bocaux

La conservation d’aliments en bocaux est une méthode naturelle qui s’applique autant aux produits crus,cuits ou cuisinés. 

Condition sine qua non à des bocaux réussis, respecter les règles d’hygiènes. Aussi il est impératif de nettoyer correctement ses fruits et légumes avant de passer à la stérilisation. Pour éliminer au mieux les bactéries, on ajoute un peu de vinaigre de cidre ou de bicarbonate de soude à l’eau de lavage. Après avoir lavé les aliments, il est indispensable de stériliser les bocaux en verre en les plongeant dans une eau bouillante et en prenant soin de bien les sécher par la suite.

Une fois les aliments préparés (coupés, mixés, mélangés, etc..), on remplit les bocaux en s’assurant de laisser le moins de place possible aux bulles d'air, qui risqueraient de dégrader la nourriture. Il suffit ensuite de verser la saumure (préparation aqueuse salée) dans les bocaux. Après s’être assuré que le bord du bocal est bien propre, on referme. La conserve est prête.

Le liquide choisi pour la conservation des produits varie selon le type d’aliment. On peut ainsi opter pour du vinaigre, des huiles végétales, de l’alcool ou du sirop.

La congélation

Nous vous le disions dans un précédent article, la congélation a bien des mérites. Non seulement elle permet de consommer ses produits tout au long de l’année, mais elle présente aussi l’avantage de préserver les nutriments des fruits et légumes s’ils sont congelés suffisamment tôt

Tous les végétaux ne se mettent néanmoins pas tels quels au congélateur. Bon nombre de légumes doivent d’abord être blanchis. En d’autres termes, il s’agit de les plonger dans l’eau bouillante de une à quatre minutes, selon leur taille. Le procédé est obligatoire notamment pour les courgettes, les carottes, le brocoli, les choux, les haricots, les petits pois ou encore les épinards.

Plongés dans l’eau bouillante, ces légumes seront débarrassés des enzymes responsables de leur dégradation, et conserveront leurs nutriments au congélateur. Immédiatement après le blanchiment, les légumes sont plongés dans l’eau glacée puis séchés dans un torchon. Ce n’est qu’alors qu'il est possible de les congeler.

Attention toutefois. Selon l’Association canadienne de la distribution de fruits et légumes (ACDFL), ce mode de conservation n’est pas adapté à tous les légumes. On évite donc de congeler les artichauts, les endives, les aubergines, la laitue, les radis et les pommes de terre autrement qu’en purée.

Commentaires