Contamination au mercure, comment bien choisir son poisson ?

Liste des poissons contaminés au mercure
Contamination au mercure, comment bien choisir son poisson
Par Manon Laplace publié le
19490 lectures

En grande partie à cause de l'activité humaine, le taux de mercure dans les océans augmente. Cette pollution affecte également poissons et crustacés pour se retrouver jusque dans nos assiettes. 

Les concentrations de mercure dans les océans ont triplé depuis la révolution industrielle. C’est ce que révèlent les résultats d’un vaste programme d’étude international mené par les scientifiques de GEOTRACES.

Plus exactement, les taux de mercure présents jusqu’à 1 000 mètres de profondeur auraient particulièrement augmenté. Tandis que ceux des eaux profondes ont connu une hausse de près de 25 %.

Comme le rappelle l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le mercure et ses composés figurent parmi les produits chimiques les plus à risque pour la santé publique. Sa toxicité est reconnue, en particulier pour les femmes enceintes et les enfants en bas âge.

En grande partie à cause des activités humaines telles que la combustion de charbon, l’incinération de déchets ou les activités industrielles, la pollution marine au mercure atteint des niveaux inquiétants. Cette propagation dans les milieux aquatiques a des répercussions sur l’ensemble des écosystèmes. Et le mercure contamine poissons et crustacés.

Selon l’OMS, chaque individu ou presque aurait des traces de méthyle de mercure dans l’organisme. Preuve de l’omniprésence de ce composé dans l’environnement et de l’importance de l’exposition des populations à travers la consommation de poissons, fruits de mer et crustacés.

Plus on monte dans la chaîne alimentaire, plus la concentration en mercure est forte. Faute à une accumulation biologique depuis les espèces les plus petites, les gros et vieux poissons prédateurs comme le thon rouge ou l’espadon sont généralement les plus touchés. « Présent à de faibles concentrations dans l'eau ou les sédiments sous sa forme méthylée, il peut se concentrer très fortement dans les organismes aquatiques, sa teneur tendant à s'élever au fil de la chaîne alimentaire, à chaque fois qu'une espèce en mange une autre » précise l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

Surtout dangereux pour les enfants et les fœtus exposés in utero, le mercure est à l’origine d’importants troubles neurologiques. Il affecte le bon développement de l’enfant, mettant en péril des facultés cognitives telles que le langage ou la motricité. Au-delà de l’origine et de la méthode de pêche employée, il convient donc de bien choisir les espèces consommées.

Le marlin, le requin, le thon rouge du Pacifique, le maquereau roi et l’espadon figurent ainsi parmi les poissons à éviter. Moi touchés, les thons albacore, listao et jaune, restent à consommer occasionnellement. De même que le mérou, le grenadier ou le merlu.

À moindre mesure, le bar, la sardine et l’anchois sont également tout de même concernés. Il est recommandé de n’en consommer qu’une fois par semaine. Soit un peu moins souvent que le hareng, la morue ou le maquereau tacheté qu’il est possible de consommer sans risque jusqu’à deux fois par semaine selon l’OMS.

Le saumon et l’aiglefin figurent parmi les espèces les moins contaminées. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), moules, palourdes et pétoncles présentent une concentration de mercure trop faible pour qu’elle puisse être à risque. Ce qui n’est pas le cas du homard américain, à ne consommer qu’une fois par mois.
 

Commentaires