La Fringothèque : le nouveau concept qui allie mode et écologie

Deux femmes habillées mode se regardent et sourient
La Fringothèque : le nouveau concept qui allie mode et écologie
Par Chrystelle Camier publié le
6518 lectures

Suivre la mode sans se ruiner tout en respectant l'environnement, c'est possible. Après les braderies et le troc, découvrez le prêt de vêtements, un nouveau concept venu d'Allemagne.

Les modes changent, les vêtements restent. Alors que nos plus belles pièces deviennent ringardes d'une année à l'autre et encombrent nos armoires, il convient de s'interroger sur notre manière de vivre la mode. De nombreuses marques de prêt-à-porter, soucieuses de l'impact écologique que représente l'industrie textile, se sont déjà orientées vers le développement durable en optant pour des matières naturelles bio ou recyclées.

Pendant ce temps, les français manifestent leur ras-le-bol du consumérisme et se tournent de plus en plus vers le marché de l'occasion, occasionnant un véritable essor de celui-ci. Les sites de vente de vêtements d'occasion ou de troc fleurissent sur la toile et les braderies se multiplient partout en France.

Emprunter des vêtements : un geste écologique

En Allemagne, deux femmes ont inventé un nouveau concept : le prêt de vêtements. Simple, économique et écologique, il suffisait d'y penser. Pola Fendel et Thekla Wilkening ont eu l'idée de reprendre le concept de la bibliothèque et de l'appliquer à l'habillement.

Depuis deux ans déjà, leur fringothèque installée à Hanburg tourne comme une horloge. Pour une cotisation annuelle de 14 euros seulement, les abonnés peuvent emprunter tops, robes ou vestes, mais également des accessoires. Après quelques semaines, il suffit de les faire nettoyer et des les rapporter.

La solution idéale pour les férues de mode qui aiment renouveler leur garde-robe régulièrement, ou pour celles qui ne veulent pas se ruiner dans une tenue spéciale qu'elles ne porteront qu'à l'occasion. Si le vestiaire était au départ fondé essentiellement sur des dons, celui-ci est désormais approvisionné régulièrement de nouveautés et s'est même enrichi de quelques pièces de marques de luxe.

Pour les enfants aussi

Une autre fringothèque a également ouvert ses portes à Lausanne. Destinée aux parents d'enfants en bas âge, La 3ème Main met à disposition pas moins de 4000 vêtements de la naissance à 6 ans et du matériel de puériculture issus principalement de dons, pour un abonnement annuel de 10 francs suisses (soit 8,3 euros). Un bon moyen de faire des économies sur des objets utilisables sur une très courte durée.

Rédaction : Chrystelle Camier

Commentaires