Urinothérapie : quand boire son urine est bon pour la santé

Un homme boit son urine dans un petit bocal
Urinothérapie : quand boire son urine est bon pour la santé
Par Mathieu Doutreligne publié le
186251 lectures

N’ayez pas peur de la vérité. Cultivez-la si elle existe. Boire sa propre urine serait bénéfique pour la santé. L’urinothérapie est une pratique déjà suivie par cinq millions d’Allemands, dix millions de Chinois, deux millions de Japonais et un million de personnes aux Pays-Bas. Explications sur les superpouvoirs de cet or jaune.

L’urine, un liquide méconnu à la mauvaise réputation

Est-ce un tabou en France de parler urine ? De boire son urine et de l’avouer à autrui ? C’est possible, car ce liquide jaune a mauvaise réputation. Si vous en doutez, faites le test en avouant à vos ami(e)s que vous venez de boire votre propre “pisse”. Du rire aux larmes, vous imaginez déjà leurs réactions.

Avant de faire l’éloge de cet or jaune, il faut commencer par le définir. Propre aux hommes et aux animaux, l’urine provient du filtrage du sang dans les reins, où sont récupérés plus de 3.000 composés chimiques inhalés ou ingérés par l’organisme. L’urine contient principalement trois éléments : l’eau (95%), l’urée (dégradation des acides aminés de l’organisme) et la créatine (déchet des muscles).

En moyenne, un homme produit 1.5 litres d’urine par jour, un cheval 10 litres et un éléphant jusqu’à 80 litres. Chaque jour sur terre, 10 milliards de litres d’urine sont éliminés par les hommes.

Un être humain en bonne santé élimine une urine jaune, proche de la couleur d’une bière blonde qui donnera des idées à certains pour faciliter la pratique de l’amaroli. Nous y reviendrons plus tard dans l’article.

L’urinothérapie ou les vertus cachées de l’urine

Ce précieux liquide, qui mélange dégoût et interrogation depuis des siècles, s’avérerait être efficace pour baisser la température corporelle et favoriser la circulation sanguine. Les adeptes de cette médecine alternative prétendent que l’urinothérapie est également bénéfique pour soigner des affections telles que les allergies respiratoires, l’eczéma, l’asthme ou la dermatite atopique.

Les partisans de la pratique partent du principe que le foetus évolue positivement dans le ventre de sa mère plongé dans le sac amniotique constitué à 80% d’urine. Ce liquide contient des sels minéraux, des acides, des hormones, des enzymes, des vitamines, en particulier la vitamine C.

Urinothérapie est le terme occidental donné à l’amaroli, plus couramment pratiqué en Chine. L’urine est déjà reconnue contre les problèmes de peau. Madonna a déjà confié qu’elle urinait sur ses pieds pour soigner ses mycoses. De plus, des millions de personnes à travers le monde boivent leur urine, comme en Allemagne où les médecines alternatives sont prises au sérieux.

Quoi de plus naturelle comme boisson que sa propre urine ?

Il est vrai que l’urine est un mélange de toxiques et de résidus du métabolisme cellulaire. Malgré tout, ce liquide biologique issu d’un corps en bonne santé ne lui sera jamais néfaste. Par contre, cette boisson présente des risques si l’individu s’alimente mal, fume, se drogue ou souffre d’infection urinaire. Un corps en mauvaise santé rejette des poisons. Ces derniers se retrouvent dans l’urine qui ne doit pas être bue.

Ainsi, boire sa propre urine s’avérerait être une pratique saine pour un corps déjà sain. N’oubliez pas que selon Hippocrate, l’alimentation demeure notre première médecine.

Boire son urine reste une pratique empirique dont l’efficacité n’a pas encore été scientifiquement prouvée. Elle est également contestée. L’allergoloque allemand Walter Dorsch déclare au magazine focus : “je trouve absurde sur un plan biologique de s’infliger à nouveau ce que le corps a d’abord éliminé, parce que l’élimination est toujours aussi une détoxication.

Amaroli et consommation

La consommation d'urine se doit d’être pratiquée en suivant certaines règles. Généralement, son absorption est limitée en quantité en plus d’être réalisée rapidement. Pas de pipi conservé au frigo et uniquement le sien. En suivant un régime urinothérapeutique, il est conseillé de manger une nourriture biologique, la plus saine possible et de boire beaucoup d'eau claire. Beaucoup d'eau, car les sels minéraux contenus dans l'urine déshydratent le corps. Il est ainsi déconseillé de boire son propre liquide biologique lorsqu'on a soif.

Sans avoir testé à la rédaction, nous imaginons très bien que les premières tentatives d’utilisation de sa propre urine, en tant que boisson thérapeutique, doivent être difficiles. Comme “Vévé” sur youtube, vous pouvez mélanger votre urine à de la bière pour rendre les premiers essais plus accessibles. Vous pouvez également imiter cet allemand (dans la vidéo ci-dessous), qui commence par s’enduire le corps de la précieuse semence pour s’y habituer avant de la déguster.

Autre conseil pratique, éliminez toujours les premières gouttes d’urine avant de remplir un contenant.

L’urine rend perplexe depuis des siècles. "Pour certains alchimistes, le corps humain est une chose parfaite qui contient en lui-même les remèdes aux différentes maladies, on considère le corps comme médicament. Et pour ces alchimistes, au-delà de l'aspect remède, il y a aussi un aspect symbolique. On pourrait rechercher dans le corps humain, la présence de cet or, de cette perfection qui d'après la couleur pourrait être présente dans l'urine", explique Stanis Perez, historien de la Maison des sciences de l'homme.

Parallèlement au jeûne, les effets de l’urinothérapie sont connus, mais n’ont pas encore été prouvés scientifiquement. De nombreux chercheurs se consacrent à la question, en vue de, qui sait, faire des découvertes qui perturberaient nos esprits et croyances formatés par une culture qui nous est propre, et à laquelle il est difficile de se détacher, ne serait-ce que pour mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons.

 

Source : slate.fr - phychologies.com - santeglobale.monic.fr - ressourcessceptiques.free.fr - allodocteurs.fr | Image : wikipedia.org

Chargement...

Commentaires