[vidéo] Obligé par son patron, il doit détruire 100kg de nourriture chaque jour

Des produits alimentaires encore consommables dans un cadis, puis à la broyeuse
Obligé par son patron, il doit détruire 100kg de nourriture chaque jour
Par Mathieu Doutreligne publié le
2732 lectures

Un internaute de Mr Mondialisation témoigne, par une vidéo perturbante, du gâchis que lui impose sa direction sous peine de licenciement. Ce sont des centaines de kilos de nourriture encore consommable qui sont détruits tous les jours.

Jean-Marc, qui restera anonyme, travaille depuis plus de dix ans dans la grande distribution. Il est responsable du rayon fruits et légumes d’un supermarché dont il préfère taire le nom. Étant responsable, il est chargé quotidiennement de faire disparaître les produits alimentaires toujours consommables, mais dont la date limite de consommation est proche.

Voulant faire partager ces images dans le but que les choses changent, il explique : “cette vidéo n’est qu’un petit échantillon, car il faut s’imaginer que chaque jour le rayon fruits et légumes casse (envoie à la broyeuse - ndlr) en moyenne pour 200€ de produits, soit environ un peu mois de 100kg de fruits & légumes.” Des tomates, du pain, de la viande, de l’huile, la procédure est réalisée pour les autres produits plus ou moins frais que possède le supermarché auxquels il peut rester jusqu’à deux jours avant la date limite de consommation (DLC). Certes, certains produits ne sont plus consommables, mais la majorité jetée l’est toujours.

 

Préoccupé par les gens dans le besoin et conscient des enjeux environnementaux, Jean-Marc agit sous la contrainte. Les ordres de la direction sont clairs : “il faut obéir ou prendre la porte”. C’est là un problème important, car la charge psychologique est lourde, les pressions de la direction forte et la tendance au licenciement. “Je trouve assez dur psychologiquement d’être confronté à ce gâchis monstre tous les jours. Comment peut-on accepter, en tant que salarié, [...] de devoir jeter des fruits, des légumes, des yaourts ou des barquettes de viandes encore consommables alors qu’on pourrait très bien les brader, les donner aux employés ou fournir des associations ? C’est incompréhensible. [...] Parfois, chez moi, je suis en colère en pensant à ceux qui ont des familles à nourrir et pour qui ce gâchis représenterait une mine d’or. ” Jean-Marc avoue avoir peur pour son avenir.

Rappelons qu’on évalue à 7 millions de tonnes la nourriture jetée en France tous les ans, la majorité du gâchis vient des consommateurs. Le ministère délégué à l’Agroalimentaire a lancé en 2013 un pacte « Anti gaspi » avec pour objectif réduire de moitié le gaspillage alimentaire en France d’ici à 2025. Même si de nombreux consommateurs sont conscients du fléau, des progrès restent à faire de la part de tous.

Commentaires