Le savon d'Alep, produit miracle anti-acné ?

Savons d'Alep et branches d'olivier
Le savon d'Alep, produit miracle anti-acné ?
Par Manon Laplace publié le
66985 lectures

Le savon d'Alep est un produit naturel traditionnel syrien. On lui prête de nombreuses vertus parmi lesquelles celle d'apaiser les peaux acnéiques. Une propriété qui ne met pas tout le monde d'accord. Bio à la Une fait le point.

De l’huile d’olive nourricière, de l’huile de baies de laurier protectrice, de l’eau, de la soude végétale pour la saponification et un savoir-faire traditionnel. C’est la recette qui fait le succès du savon d’Alep, secret volontiers partagé des beautés syriennes.

Dépourvu d’adjuvants artificiels, le savon d’Alep (ville du Nord-Ouest de la Syrie où il est fabriqué depuis plus de 3 000 ans) concilie cosmétique, santé et environnement. Du moins lorsqu’il est bien fait. Car certains produits du commerce affichent une composition trouble. Un savon de qualité doit comporter peu de soude naturelle (moins de 0,5 %) et ne doit en aucun cas être coupé avec d’autres huiles que celles d’olive et de laurier. Or, certains produits contrefaits sont composés d’huile de palme, de coco et parfois même de graisses animales.

De l’hygiène des cheveux à la lessive en passant par le traitement d’une affection cutanée, le savon d’Alep est un cosmétique à tout faire. Entre autres, on lui prête une action purifiante et équilibrante pour la peau, ce qui en ferait un soin anti-acné efficace.

Mais les avis divergent sur la question. Qui considère que ce savon agit au long terme sur la formation des comédons jusqu’à les voir disparaître. Qui estime au contraire qu’il fragilise les épidermes à problèmes.

L'huile de laurier pour purifier

Les convaincus mettent en avant les propriétés anti-inflammatoires et antibactériennes du savon d’Alep, et plus particulièrement de l’huile de laurier. Les peaux acnéiques auront tout intérêt à choisir un produit qui en comporte au moins 30 %, quand un savon classique en contient autour de 20 %. Certains savons, dits “royaux” en contiennent jusqu’à 80 %. Si les proportions ne sont pas affichées, la couleur du savon est généralement un bon indicateur. Plus il tirera sur le vert, plus il sera concentré. Et le prix affiché plus élevé, l’huile de baies de laurier étant un produit précieux.

Mais le savon d’Alep n’est pas la solution ultime pour lutter contre l’acné. Sans pour autant la contester, Fanny en tempère l’efficacité. Avec sa soeur, elle met les cosmétiques à l’essai et témoigne de son expérience sur leur blog Juste sublime. “Lors de mon adolescence, j’étais assez touchée par l’acné surtout dans le dos. Quand j’ai commencé à utiliser du savon d’Alep j’ai vraiment vu l’état de mon dos s’améliorer. Par contre sur le visage ma peau est trop sensible pour une utilisation quotidienne”, nuance-t-elle.

Nettoyer avec modération

Et si la performance était une question de modération ? “Beaucoup pensent à tort qu’une peau grasse doit être décapée pour éviter l’excès de sébum”, explique Julia Rioual, docteur en pharmacie et auteure de la thèse Que faut-il savoir sur les savons ? Zoom sur le savon d’Alep. Loin de produire les effets escomptés, le nettoyage insistant et systématique d’une peau à problèmes assèche l’épiderme, et favorise la production du mauvais sébum.

Sans s’ériger en produit miracle, un savon d’Alep de qualité reste une intéressante alternative naturelle aux cosmétiques classiques. Le premier réflexe est donc de veiller à sa bonne composition. Le second de rester à l’écoute de sa peau, pour en adapter la fréquence d’utilisation.
 

Commentaires