Quelle relation établir entre consommateurs et construction durable ?

Par bioalaune publié le
484 lectures

Maisons de Qualité fait travailler associations de consommateurs et promoteurs main dans la main, en vue d’améliorer la qualité des logements.

Quelle relation établir entre consommateurs et construction durable

« La maison n’est pas un produit mais un lieu de vie », a déclaré Bernard Vaucelle, ex-directeur général de l’Afnor, au cours des rencontres annuelles de l’association Maisons de Qualité. Cette association a la particularité de faire travailler ensemble associations de consommateurs et représentants de constructeurs de maisons individuelles de manière à construire des maisons de qualité. Lors de son allocution, Bernard Vaucelle s’est félicité de la répartition égalitaire entre associations et promoteurs au sein de Maisons de Qualité. « Ce réseau enrichit les connaissances, a-t-il poursuivi. Les retours d’expériences nourrissent les éventuelles corrections aux mesures gouvernementales ».

Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Grenelle, s’est ensuite adressé aux différents membres de l’association présents en lançant : « Ce qui a fait la richesse du Grenelle (sa pluralité, ndlr) doit demeurer dans sa phase de mise en œuvre ». Cette phrase résonne d’ailleurs comme la ligne directrice qu’il souhaite donner à son comité. « Il faut maintenir un dialogue permanent entre tous les acteurs », a-t-il poursuivi. Philippe Pelletier a donc invité les associations « à remonter les retours qu’elles peuvent avoir sur ces mesures », de manière à les améliorer si besoin.
 

Le Plan Bâtiment Grenelle s’inscrit dans la lignée de la loi du 3 août dernier, fixant des objectifs à horizon 2050. Toujours en poursuivant sur la présentation du Plan Bâtiment Grenelle et ses enjeux, Philippe Pelletier a parlé d’ « une transformation de la société grâce à ce sujet », avant d’insister en parlant de « mutation profonde dans la société ». En outre, il qualifie ce Plan de « bonne réponse à la crise puisqu’il s’inscrit dans une tendance de réduction des charges ». La loi prévoit que la consommation énergétique soit ramenée en 2050 à 50 kWh/m²/an en moyenne. Etant aujourd’hui à 250 kWh/m²/an, la France a encore beaucoup de chemin à faire. L’objectif intermédiaire a été fixé en 2020. Les bâtiments devront alors consommer 150 kWh/m²/an. L’enjeu est donc de « faire mieux au même prix ». Dans le parc privé, moins isolé que les HLM, trois aides gouvernementales sont cumulables : l’éco subvention (chauffage et fenêtres), le crédit d’impôt développement durable et l’éco-PTZ. Le mot d’ordre, outre la présentation du tout jeune Plan Bâtiment Grenelle, est le partage des expériences terrains, condition nécessaire au bon fonctionnement du dispositif.
 

challenges.fr - Par Nathalie Giusti le 02.11.2009

Commentaires