Être végétarien ferait économiser en moyenne 650 euros par an

Couscous végétarien dans une assiette blanche
Être végétarien ferait économiser en moyenne 650 euros par an
Par Camille Anger publié le
9016 lectures

Une étude américaine du département d'Agriculture révèle qu'un régime végétarien ferait réduire ses factures alimentaires de 650 euros par an pour un apport en protéines respectant les 50 grammes par jour.

Un écart de prix significatif

Trop de viande augmenterait les risques de développer certains cancers. Voilà l'annonce faite début octobre par l'Organisme Mondial de la Santé (OMS). Suite à cette révélation, beaucoup de consommateurs s'interrogent et trouvent dans le végétarisme une certaine forme de sécurité. Une nouvelle étude présente un autre avantage à devenir végétarien : arrêter sa consommation de viande permettrait de faire des économies significatives.

En effet, une étude intégrée au programme « MyPlate » du département américain de l’agriculture a comparé le coût d'une semaine de menus végétariens avec celui d'une semaine d'alimentation dite "classique". En moyenne, et sur une année, un végétarien réalise une économie de 650 euros ($746). Les chercheurs ont constaté qu'un régime à base de protéines animales coûte 46 euros par semaine et par personne ($53.11), alors qu'un régime végétarien revient à 33 euros ($38.75).

Le grand débat des protéines

L’étude révèle également une qualité nutritive supérieure dans la moyenne des repas sans viande. Les mets sont variés et apportent un plus à ces consommateurs qui équilibrent mieux leurs plats en mangeant plus de fruits et légumes et en repartissant plus efficacement l'apport en protéines. La quantité de protéines est moindre chez les "sans viande", cependant, les sondés végétariens respectent la dose minimale de protéine recommandée de 50 grammes par jour. Les repas classiques sont souvent supérieurs à la dose recommandée. De plus, l'apport en protéines est mal réparti dans la journée.

Rappelons que pour faciliter l’assimilation d’acides aminées essentielles et donc des protéines, il convient d’associer les céréales aux légumineuses. De manière traditionnelle, en Inde, on associe riz et lentilles; au Mexique, haricots et maïs;  au Moyen-Orient, pois chiche et grains de blé.

Source : organicauthority.com

Commentaires