Comment bien manger en hiver ?

Femme qui mange une soupe dans un bol devant la fenêtre
Comment bien manger en hiver ?
Par Manon Laplace publié le
4047 lectures

L'hiver, nous avons des besoins différents. Pour faire face au froid et aux agressions qui y sont liées il est important d'adapter son alimentation. Tour d'horizon des bons conseils alimentaires pour affronter la saison hivernale.

En hiver, le corps affiche des signes extérieurs de la rudesse des températures et du manque de soleil. Mais ce ne sont pas là les seuls stigmates du froid. Entre carences alimentaires, dépenses énergétiques modifiées et défenses immunitaires à la peine, la saison hivernale influe sur l’ensemble des processus physiologiques.

L’alimentation est fondamentale pour combler nos besoins durant l’hiver. Aussi, on ne se laisse pas aller à la tentation d’une nourriture trop lourde et trop grasse. On veille au contraire à faire le plein de vitamines, minéraux et antioxydants. On adapte son comportement alimentaire de manière à prodiguer à l’organisme tout ce qui lui est nécessaire en cette saison.

De la vitamine C

En hiver, de bons apports en vitamine C sont essentiels pour lutter contre les troubles liés au froid tels que le rhume. Pendant la saison froide, on jouit tout particulièrement de ses vertus antioxydantes. On fait donc le plein de fruits qui en sont riches, avec, en tête de liste le kiwi et les agrumes. Côté légumes, on se tourne vers les choux, eux aussi très riches, que l’on choisi locaux de préférence.

De la vitamine D

Chaque hiver vous êtes sujet au coup de blues ? Rien d’étonnant à cela. L’exposition au soleil permet de synthétiser la vitamine D, et le manque d’exposition en cette période de l’année entraîne généralement des carences, lesquelles sont responsables d’épisodes de déprime saisonnière. Si elle n’est pas la source principale de vitamine D, l’alimentation peut permettre de réduire ce manque. On privilégie alors les poissons gras tels le hareng, le saumon, la sardine ou le maquereau. On ne lésine pas non plus sur le foie de morue qui, s’il n’est pas du goût de tout le monde, est jusqu’à 100 fois plus riche en vitamine D que le poisson.

Des tisanes et des bouillons

Les températures en berne et les chauffages qui fonctionnent à plein régime ont pour effet de favoriser la déshydratation. Même si l’on a spontanément moins soif qu’en été, il reste impératif de boire suffisamment d’eau. On n’hésite pas à commencer le repas par un bouillon et à consommer thés et tisanes tout au long de la journée. En plus d’assurer une bonne hydratations, ces breuvages sont efficaces pour se réchauffer.

Des aliments énergétiques

La fatigue et le froid ressentis en hiver poussent à se tourner vers des aliments “conforts” : des aliments plus riches, souvent gras et lourds. Or mieux vaut compenser les dépenses énergétiques avec des aliments riches, mais sains. On fait alors la part belle aux céréales complètes et aux légumineuses, qui en plus d’être rassasiants offrent de bons apports en protéines végétales. Mieux encore, on mélange les deux. Complémentaires, céréales et légumineuses ensemble affichent une richesse protéique précieuse pour le bon fonctionnement de l’organisme.

Du zinc

Minéral essentiel, le zinc a d’importantes propriétés antivirales très appréciables en hiver. Les aliments riches en zinc sont donc de précieux alliés contre les refroidissements. Dans les assiettes on privilégie les huîtres, très peu calorique et particulièrement riches en oligo-éléments, mais aussi les crustacés ou les abats.

Des probiotiques

Pour stimuler les défenses immunitaires mises à mal par les agressions hivernales, il convient de prendre grand soin de sa flore intestinale. Pour en favoriser l’équilibre, on mise donc sur les aliments prébiotiques. C’est le cas des ferments lactiques contenus dans certains produits tels que le lait fermenté ou les yaourts.


La rédaction vous recommande une sélection de produits bio
 

Commentaires