Cosmétiques: 185 produits d’usage quotidien jugés nocifs

une femme prend des cosmétiques dans un rayon de supermarché
181-produits-cosmétiques-dangereux-ufc
Par Elodie Sillaro publié le
53384 lectures

Dentifrices, déodorants, shampoings, après-rasages: 185 produits seraient jugées nocifs par l’UFC-Que choisir. L’association appelle les consommateurs à l’action.

Après l’association Women in Europe for a Common Future (WECF) qui épinglait les composants nocifs dans les cosmétiques pour bébé, c’est au tour de l’Union Fédérale des Consommateurs-Que Choisir de dresser une liste de produits d'usage quotidien contenant des substances “préoccupantes”. L’association accompagne son communiqué d’une liste de 185 produits qui renfermeraient des substances à risque (allergènes, composés toxiques, perturbateurs endocriniens) et appelle les consommateurs à ne plus les acheter.

185 produits cosmétiques quotidiens incriminés

La nouvelle fait l’effet d’une bombe: des composés irritants, allergènes ou perturbateurs endocriniens seraient présents dans les produits d’hygiène et de beauté comme les gels douches, shampoings, déodorants, après-rasage, crèmes et soins pour le visage ou le corps, des produits que l’on utilise chaque jour. Les marques haut de gamme (Clarins, Clinique) comme celles des parapharmacies (Roc, Corine de Farme) ou des supermarchés (Nivéa, Mixa, Dove mais aussi Leclerc ou Carrefour), aucune n’échappe au couperet de l’association. Mais quels sont ces composants incriminés?

Les allergènes: 62 produits ont été recensés comme potentiellement allergènes. L'association des consommateurs met notamment l'accent sur 55 produits contenant de la methylisothiazolinone (MIT), un conservateur réputé très allergisant. Les mentions “hypoallergéniques” sont "faussement rassurantes" selon l'UFC car la présence de "MIT" a bien été relevée dans certains produits porteur de cette mention.

Les perturbateurs endocriniens: 101 produits sont accusés d’être porteur de ces fameux agents chimiques qui peuvent entraîner des déséquilibres hormonaux. Parmi eux, 44 contiennent un filtre UV (l'éthylhexyl-methoxycinnamate) perturbant le fonctionnement oestrogénique et thyroïdien, "totalement inutile dans des eaux de toilettes, des démaquillants ou des produits capillaires" selon l’UFC.

Les conservateurs: Des lingettes pour bébés (Mixa, Nivea, Pampers etc) contiennent du phénoxyéthanol, un conservateur toxique pour le foie et le sang.

Comment les éviter ?

Privilégiez les produits cosmétiques bio. Peu présentes en supermarchés, les marques bio sont disponibles en magasins spécialisés ou sur internet:  Weleda, CattierEau Thermale de Jonzac, Coslys, Lavera, Douce Nature , Melvita et bien d'autres marques. La réglementation des produits bio  interdit l’usage des substances problématiques (parabens, EDTA, émulsifiants) autorisé par la réglementation européenne et obligent qu’au moins 95% des composants soit d'origine naturelle.

Tournez-vous vers les labels Ecocert et Cosmébio ou la certifications Slow Cosmétique qui garantissent le respect d’un cahier des charges strict et garantissent une qualité contrairement aux mentions floues “naturel” et “d’origine naturelle” qui n’apportent aucune preuve de certification.

Prenez connaissance des composés à risque: les substances irritantes (les sulfates, l’ammonium), les perturbateurs endocriniens (le benzophenone, les parabens). L’UFC-Que choisir met a disposition des consommateurs une carte-repère (ci-dessous).

Boycottez les produits répertoriés dans la liste des produits avec des ingrédients indésirables et surtout les cosmétiques non rincés car la peau est très sensible.
Ne vous fiez pas aux mentions “sans paraben” ou “hypoallergénique”. Les produits peuvent contenir d’autres substances nocives comme le “MIT”.

Faites vos cosmétiques vous-même: Certains aliments peuvent être utilisés en soin, masque ou crèmes et faire de super cosmétiques-maisons.

Commentaires