Les 7 conseils de la rédac pour manger bio sans se ruiner

une femme fait ses courses au marché
Les 7 conseils de la rédac pour manger bio sans se ruiner
Par Elodie Sillaro publié le
31052 lectures

Impossible d’appliquer sa liste de course du supermarché au magasin bio sans faire quelques ajustements. Consommer bio implique de connaître quelques ruses pour faire des économies. Voici les astuces de la rédac testées et approuvées pour enfin consommer bio sans se ruiner tout en préservant sa santé.

1. Soyez curieux

“Lorsqu’on passe au bio, il faut comprendre les raisons pour lesquelles on entame cette démarche: pour être en meilleure santé, se protéger des pesticides, réduire son impact écologique, soutenir une économie locale. Ces raisons vont participer à notre motivation et nous aider à ne pas céder à la facilité d’achats conventionnels. Lorsqu’on est déterminé, on est aussi dans une démarche de recherche, on se renseigne, on compare les prix, on cherche des AMAP (Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne). Je vais d’ailleurs prochainement tester leur panier de fruits et légumes bio et local.” Valentine, notre journaliste.

2. N’achetez que ce dont vous avez besoin

“Lorsqu’on se rend en supermarché conventionnel, on a tendance à acheter plus que nos besoins. On oublie les légumes qui flétrissent au fond du frigo et qui finissent à la poubelle, on cuisine en trop grande quantité et on finit par jeter les restes. En consommant bio, fini les yaourts par pack de douze ou les lots de produits qu’on utilisera pas. On fait ses courses un peu plus souvent mais on achète seulement ce dont on a besoin pour lutter contre le gaspillage alimentaire.” Mathieu, notre community manager

3. Changez votre alimentation

"Les plats préparés et les biscuits industriels, d’une manière générale, tous les produits emballés et transformés coûtent plus chers à l’achat. Et surtout, ils ne rassasient pas ! En consommant ce genre de produits, on mange plus et plus souvent. Alors, on dépense forcément davantage. Les céréales complètes et les fruits secs ont l’avantage d’entraîner un sentiment de satiété plus important. Lorsqu’on passe au bio, on adopte un mode d’alimentation aussi plus sain. Les produits bruts et bio sont donc une économie pour soi et sa santé." Émeline, notre chargée d’études marketing.

4. Mangez moins de viande

"La viande bio et les produits laitiers sont plus chers qu’en grande surface classique mais ils ont l’avantage de ne contenir ni pesticide, ni OGM, ni hormones de croissance, ni excès d’antibiotiques. Les exploitations agricoles bio prennent aussi en compte le bien-être animal. D’un point de vue écologique et nutritionnel, réduire sa consommation de viande à une à deux fois par semaine est suffisant car il existe bien d’autres alternatives pour couvrir ses apports en protéines et acides aminées: l’association de légumineuses et de céréales, bien meilleure pour la santé." Élodie, notre rédactrice en chef.

4. Mangez de saison

"Il faut aussi privilégier le bio local et de saison qu’on peut retrouver sur les marchés ou dans certains magasins bio qui mettent à l’honneur les petits producteurs des alentours. Les fruits et légumes de saison ont l’avantage d’avoir plus de goût et de nutriments car lorsqu’ils arrivent à maturité au soleil, ils développent plus de saveurs que ceux qui mûrissent pendant le transport.

Ceux issus d’une récolte sous serre ou hors sol auront été aspergés de pesticides pour les aider à pousser, idem pour les produits issus de l’étranger dont la réglementation sanitaire n'est pas la même qu’en Europe. Manger de saison sans se ruiner, ce n’est pas se contenter d’une salade de légumes, c’est aussi cuisiner maison. Une pizza ou une quiche peuvent être de saison et c'est un vrai régal !" Corinne, notre responsable des marques.

5. Privilégiez les circuits courts

"De nouveaux circuits de vente émergent en marge de la grande distribution: coopératives, jardins associatifs, La ruche qui dit oui (un réseau de communautés d'achat direct aux producteurs locaux). La règle du bio, du local et de saison est normalement respectée par la majorité des Amap qui proposent un panier pour une semaine d’environ 5kg de fruits et légumes au prix de 10 à 12€. L’inconvénient est de recevoir toujours le même type de produits, il faut donc se rapprocher de producteurs différents." Philippe, notre président fondateur.

6. Faites la chasse aux bonnes affaires

"Pour faire des économies, il faut privilégier l’achat d’aliments en vrac. Ces derniers peuvent coûter 15 à 40% moins chers que les produits emballés en grande surface. On achète ainsi la juste quantité et on évite, en prime, le gaspillage alimentaire. Certains réseaux de magasin ont une offre de fidélité qui permet de bénéficier de réduction, il faut donc se renseigner auprès de sa boutique.

Certains fabricants comme Jean Hervé proposent des réductions intéressantes sur des produits approchant ou ayant dépassé la date de péremption tandis que d’autres, comme le Club bio, proposent de récompenser les achats bio des consommateurs en box bio (coffret cadeau contenant des produits bio ou écologiques de son choix)." Alexandre, notre directeur marketing.

7. Anticipez et congelez

"Il faut faire attention à la provenance de ses achats. Les produits bio de saison et locaux requièrent moins de transports et pas de taxe d’importation qui se répercutent sur le prix d’achat. Il faut anticiper ses courses et prévoir sur plusieurs mois: des cagettes de fruits et de légumes qu’on congèle ensuite pour en profiter tout au long de l’année. De la compote de fraise bio et locale même en hiver, ça n’a pas de prix !" Caroline, notre responsable administrative.
 

Commentaires