Pêche destructrice: Greenpeace s'attaque à Petit Navire

des militants Greenpeace milite sur l'usine Petit Navire
Pêche destructrice: Greenpeace s'attaque à Petit Navire
Par Elodie Sillaro publié le
11286 lectures

Le thon en boîte est le produit de la mer le plus consommé en France et la pêche au thon menace aujourd’hui l’équilibre des océans. Greenpeace mène une campagne pour dénoncer « des méthodes de pêche destructrices » en nettoyant symboliquement les rayons des supermarchés des boites de thon Petite Navire.

Depuis plusieurs années, Greenpeace mène campagne pour changer l’industrie du thon. En avril dernier, l’ONG a envoyé son célèbre bateau l’Espéranza dans l’océan Indien pour mener l'enquête sur la surpêche du n° 1 du thon en boîte, Thai Union, propriétaire de Petit Navire. 

Des méthodes de pêches destructrices

Les industriels thoniers utilisent de façon massive et incontrôlée des dispositifs de concentration de poisson (DCP), des systèmes flottants qui rassemblent des poissons et autres mammifères marins. Ces derniers permettent d'améliorer la pêche et d’assurer la capture de 50% de leurs quotas annuels. En plus de recourir à une pêche massive qui engendre la diminution importante des stocks de poissons, ces dispositifs génèrent des prises annexes d'espèces souvent protégées telles que tortues, des requins, des raies et autres animaux marins. Selon Greepeace, “environ 20 % des DCP sont perdus chaque année, abandonnés par leurs propriétaires. Ils s’échouent et polluent des récifs coralliens dans lesquels ils s’emmêlent et forment de nouveaux pièges pour les animaux marins.”

Greenpeace “nettoie” symboliquement les supermarchés des boîtes de thon

Le 21 mai, les militants de Greenpeace ont appelé au boycott de la marque Petit Navire en nettoyant les rayons de supermarché des boîtes de thon de la marque, dans 15 villes de France. Les bénévoles ont retiré des milliers de boîtes de thon des rayons afin de dénoncer symboliquement l’utilisation massive des dispositifs de concentration de poisson (DCP) par le géant du thon.

L’usine Petit Navire bloquée

Pour sensibiliser le consommateur et dénoncer les méthodes entreprises par l'industriel thonnier, Greepeace poursuit sa campagne. Des activistes occupent l’usine Petit Navire à Douarnenez dans le Finistère et ont entrepris de repeindre la façade de l’usine tandis qu’une dizaine de personnes, enchaînées à des boites de thon géantes, bloquent l’accès aux camions de livraison.

Commentaires