Pesticides: le glyphosate pourrait être encore autorisé pour 18 mois

du round up sur des étalages en supermarché
Pesticides: le glyphosate pourrait être encore autorisé pour 18 mois
Par Elodie Sillaro publié le
4705 lectures

La Commission européenne propose de prolonger l’autorisation du glyphosate, principal actif du désherbant Roundup, malgré ses effets nocifs sur la santé et son caractère cancérogène. L’UE propose une prolongation de 12 à 18 mois.

Nouveau rebondissement dans l’affaire du glyphosate. Lors d’une conférence de presse ce mercredi 1er juin, la Commission européenne vient d’annoncer qu’elle proposera aux États membres de renouveler provisoirement l’autorisation du glyphosate, sur le sol européen, pendant 12 à 18 mois.

Une nouvelle étude attendue en 2017

Principe actif du tristement célèbre Roundup de Monsanto, l’herbicide est au coeur d’une polémique depuis plus d’un an. Alors que les études se contredisent sans cesse et que l’OMS - qui avait déclaré le glyphosate cancérogène - se rétracte, la Commission européenne ne cesse de reporter sa prise de décision à plus tard. Pouvant durer jusqu’à 18 mois, cette prolongation permettrait à l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) d’avoir encore un peu de temps pour se prononcer sur les dangers du produit. En effet, cette dernière devrait publier une étude sur le glyphosate en 2017.

Le temps presse

L’autorisation du glyphosate en Europe arrive à terme à la fin du mois de juin. De ce fait, la proposition de prolongation sera votée le 6 juin par les États membres. La Commission européenne a déjà du reporter à deux reprises sa décision faute d’une majorité de votes des États membres, un report justifié par le besoin d’études supplémentaires. Encore une fois, l’issue de la proposition est incertaine car Bruxelles doit rassembler une majorité de votes.

Une issue incertaine en France

Toutefois, même si l’Union européenne venait à autoriser à nouveau l’herbicide, la décision de commercialisation revient à chaque État membre. En mars dernier, la ministre de la santé, Marisol Touraine, a annoncé en mars dernier que "le glyphosate ne sera pas autorisé en France" tandis que la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, s’y oppose également fortement

Commentaires