Renouveler son business model

Par bioalaune publié le
616 lectures

  Christine Viron a imposé Botanic sur le marché en tant que chaîne alternative de produits écologiques.

Le développement durable fait partie de nos gènes, affirme Luc Blanchet, PDG de la société Botanic. L'arrivée de Christine Viron a permis de structurer nos actions, de les coordonner." Christine Viron est directrice du développement durable de cette entreprise de jardinerie qui compte 60 magasins. La PME savoyarde a pris un tournant stratégique en bannissant totalement de ses rayons l'an passé tous les engrais et traitements chimiques de synthèse. "J'ai initié cette démarche de l'écojardinier à mon arrivée, explique Christine Viron, il a fallu beaucoup accompagner nos collaborateurs et procéder par étapes.

Nous avons 25 000 références produits en rayons, nous travaillons avec un millier de fournisseurs, nous ne pouvions pas tout faire en même temps." Cette ancienne directrice du marketing dans la grande distribution, venue au développement durable par conviction, a rejoint Botanic comme responsable de la relation clients en 2005. Puis elle a cumulé la direction du marketing et celle du développement durable avant de se consacrer entièrement à cette dernière fonction.

"Je dirige une équipe de trois personnes. Nous intervenons en support technique des achats, nous pilotons la maintenance des bâtiments. Nous sommes force de propositions, mais l'appui de la direction générale est précieux pour décider et mettre en œuvre. Il y avait chez Botanic un terreau fertile. On ne partait pas de zéro.

Cependant, j'ai dû structurer la démarche, identifier les enjeux", résume Christine Viron. "Nous devions nous donner les moyens de notre ambition en ayant quelqu'un à temps plein qui agit de façon transverse, insiste Luc Blanchet.

Christine Viron a toute légitimité pour cela du fait de sa présence au comité de direction." Sur le terrain, des animateurs relais développementdurable font le lien avec les collaborateurs dans les magasins. Le cabinet Utopie d'Elisabeth Laville a conseillé la PME pour définir un plan d'actions à trois ans. "C'est notre feuille de route, une vision partagée et concrète de nos objectifs, qui mobilise nos acheteurs, nos fournisseurs, et leur donne le temps de s'adapter, au besoin en les aidant techniquement", analyse Christine Viron.

Cette charte, qui pose vingt-cinq engagements à l'horizon 2010 (100 % de fournisseurs de végétaux certifiés MPS, 100 % de cosmétiques, parfums d'ambiance et autres cotons certifiés bio, zéro PVC dans les emballages, etc.), a permis de réécrire le projet d'entreprise tout en réorientant le business model. Botanic, bien que non cotée, a publié son premier rapport développement durable l'an passé et s'affirme désormais comme une chaîne alternative de produits écologiques, avec par exemple un marché bio installé au cœur de seize magasins pilotes.
 

lentreprise.com - Publié le 16/12/2009 | Philippe Flamand en collaboration avec Xavier Debontride

 

Commentaires