Le bio trop cher pour les Françaises ?

Par bioalaune publié le
849 lectures

  A l'heure où les produits bio sont partout, il semblerait que leur prix soit un argument rédhibitoire pour un tiers des Françaises. Entre prix trop élevés et connaissance assez floue de ces produits, le bio sème le doute. Vêtements, produits d'entretien, cosmétiques, alimentaire, le bio a envahi nos étals et nos placards. Pourtant malgré cette déferlante "green", il semble que les Françaises aient une connaissance assez floue des produits bio et notamment des cosmétiques verts. C'est ce que confirme une étude de CEGMA TOPO, qui a recueilli leurs points de vue pour déterminer les grandes lignes de leur croyances en matière de cosmétiques bio.

Aujourd'hui, d'après CEGMA TOPO, près d'un tiers des 563 Françaises interrogées (28 %) possèdent au moins un produit bio sur les étagères de sa salle de bain. C'est avant tout l'argument "sans produit chimique" qui les séduit le plus. Elles font suffisamment confiance à ces produits pour les utiliser en priorité pour leur visage.

Mais même si 50 % des femmes interrogées reconnaissent un produit de beauté bio à son label, les consommatrices ne semblent pas complètement averties quant à l'efficacité de ces produits, de leurs compositions ou bien encore des labels. D'ailleurs, malgré le fait que 3/4 d'entre elles savent qu'un produit de beauté bio est composé à 95 % d'ingrédients issus de l'agriculture biologique, elles sont une majorité à s'emmêler les pinceaux entre produits naturels comme les huiles essentielles ou huile d'argan et les produits bio.

Enfin, l'un des enseignements de l'étude CEGMA TOPO, c'est que pour une Française sur trois, le prix d'un produit bio pourrait l'empêcher de l'acheter. Elles ne sont pas prêtes à mettre beaucoup plus cher dans un produit bio. Toutefois, pour les femmes interrogées le prix est un gage de qualité et de sérieux. Par conséquent, elles ne s'attendent pas à payer un cosmétique bio moins cher. Aux marques de trouver un juste équilibre entre prix attractif et crédibilité !

Jessica Xavier
 

Source : Communiqué Cegma Topo - le 3 décembre 2009

 

Commentaires