Les chocolats Kinder contiennent des substances cancérigènes

danger des chocolats kinder surprises
Les chocolats Kinder contiennent des substances cancérigènes
Par Elodie Sillaro publié le
36037 lectures

Voilà une nouvelle qui risque de déplaire aux petits comme aux grands. L’ONG allemande Foodwatch a révélé la présence de substances « potentiellement cancérogènes » dans plusieurs barres chocolatées Kinder.

L'association allemande de défense des droits des consommateurs, Foodwatch, a analysé 20 produits alimentaires de type snacks (chips, barres chocolatées, etc.) et a révélé la présence de deux types d’huiles minérales issues de la pétrochimie: des hydrocarbures saturés et des hydrocarbures aromatiques d'huiles minérales, les MOH. Rappelons qu’une huile minérale est un mélange issu de la distillation industrielle de certains combustibles fossiles comme le pétrole.

Les Kinders incriminés

Ces huiles ont été détectées en grande quantité dans trois produits de chocolat industriel commercialisés en Allemagne et notamment: les Kinder Chocolat et les Kinder Maxis de Ferrero. Foodwatch explique que les barres Kinder et les nougats de Lindt font apparaître les taux les plus importants de MOH. Les résultats sont d’autant plus inquiétants qu’ils concernent des produits très populaires notamment auprès des enfants.

L’analyse a été réalisée sur des produits achetés en supermarchés allemands mais Foodwatch France confirme que les Kinder Chocolat et les Kinder Maxi visés sont aussi susceptibles d'êtres vendus en France. Contacté par Metronews, la marque italienne Ferrero assure que "les emballages sont bien les mêmes" mais qu'ils "répondent aux normes CE”.

Les MOH, des substances cancérogènes

Selon l’avis scientifique de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) de 2012, ces hydrocarbures d’huiles minérales sont potentiellement "cancérogènes et mutagènes" lorsqu'elles sont intégrées en grande quantité. Elles peuvent altérer notre patrimoine génétique en modifiant le matériel génétique de nos cellules (c’est le cas des MOH dits “aromatiques”) ou s’accumuler dans les tissus et induire des effets néfastes sur nos organes (MOH “saturés”).

Ces huiles proviennent en grande partie des encres d’impression présentes dans les emballages à base de papier recyclé. Ces composés toxiques viendraient donc de l’enveloppe et se retrouveraient dans le chocolat. Dans tous les cas, ces huiles n’ont rien à faire dans notre alimentation.

Des huiles minérales dans nos aliments

Dans le cas de Kinder, la source de contamination n’est pas encore déterminée. Selon Foodwatch France, “elle peut provenir de l’emballage, des sacs de jute qui transportent les fèves de cacao, ou encore des cartons qui emballent les paquets des barres chocolatées”. Ferrero reconnaît avoir connaissance des traces de MOH mais se justifie en invoquant la présence étendue dans l’environnement de ces huiles qui peuvent facilement contaminer les aliments. Elle reconnaît travailler sur des solutions afin de minimiser la présence de ses substances dans ses produits alimentaires.

En 2015, Foodwatch avait testé plus de 40 produits de grande consommation (lentilles, riz, céréale, etc.) et constaté la contamination par les huiles minérales de 6 produits sur 10. L’association lance donc une pétition pour interpeller le Commissaire européen et demander à ce que les huiles minérales soient soumises à une réglementation dans les aliments.

Commentaires