Tourisme vert: 6 conseils pour des vacances éco-responsables

un homme en haut d'un rochet contemple la forêt
Tourisme vert: 6 conseils pour des vacances éco-responsables
Par Valentine Poignon publié le
7030 lectures

Depuis une dizaine d’années, le tourisme vert allie vacances et écologie. À la plage, au coeur de la montagne ou sur la banquise, réduire votre impact environnemental devient accessible à tous grâce à ces 6 conseils.

Selon l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), 1.1 milliard de touristes ont parcouru le monde en 2015. Ce chiffre en constante augmentation illustre parfaitement cette industrie dynamique qui charme de plus en plus de personnes.

Depuis la fin des années 30, la révolution industrielle et le développement des machines ont bouleversé la manière de voyager. Auparavant, le transport le plus utilisé par le peu de touristes qui avaient les moyens de voyager était le bateau. Aujourd’hui, les explorateurs du monde entier favorisent en premier lieu l’avion. 550 millions de touristes se déplacent dans les airs, ce qui représente plus de 50% des voyageurs. Sachant qu’un avion décolle toutes les secondes dans le monde (29,2 millions de vols par an), le tourisme a des conséquences lourdes pour l’environnement.

Outre les transports, la présence de touristes dans les espaces naturels bouleverse également la biodiversité. La construction massive d'hôtels impacte fortement sur les paysages ainsi que sur les ressources naturelles locales.

Mais comme dans tous les domaines, il existe heuresement des alternatives simples mais efficaces pour préserver l’environnement.

1. Choisir un mode de transport durable

Choisir un mode de transport doit être étudié à l’avance. Si vous prenez l'avion, évitez les escales qui doublent les décollages et, par conséquent, les émissions de gaz à effet de serre. Plus vous effectuez de vols, plus l’avion dépense du carburant, le kérosène, et plus votre emprunte carbone est forte.

Les croisières coûtent très chers en terme de pollutions marine et atmosphérique. Selon une étude de la fédération France nature environnement (FNE), en un jour, un paquebot de croisière resté à quai pollue plus qu’un million de voitures. Un trajet en TGV allant de Paris à Londres émet 10 fois moins de gaz à effet de serre qu’un avion effectuant ce même trajet. Ainsi, afin de se déplacer dans les pays voisins, essayez de voyager en train ou en voiture.

2. Voyagez en priorité dans les pays voisins

Les transports de longue distance étant très polluants, choisissez en priorité des destinations proches de votre pays. Vous pouvez évidemment partir à Cuba ou à Sydney mais évitez d’effectuer ce vol tous les ans. Le territoire européen regorge de paysages et de régions d’exception. Des plages méditerranéennes aux montagnes suisses en passant par le dynamisme des capitales européennes, l’Europe a toujours attiré les voyageurs du monde entier.

3. Favoriser les infrastructures éco-responsables

Bio Hôtel, Certification Agir Pour un Tourisme Responsable (ATR) ou encore Ecogîte font partie des 30 labels qui garantissent des hébergements soucieux de marier plaisir et développement durable. Plusieurs hôtels, campings et autres logements sont labelisés pour récompenser leurs efforts afin de protéger la planète.

En terme d’écologie, tous les hébergements ne se valent pas. Aux États-Unis, des experts ont mené une grande étude afin de déterminer quels logements touristiques avaient un fort impact écologique. Ce sont les grands hôtels de Dubaï qui arrivent en tête du classement. Ils polluent deux fois plus que les européens. La ville est déjà connue pour ses constructions loin d’être éco-responsables puisqu’en 2015, une station de ski fut construite en plein désert. Néanmoins, Dubaï peut être une destination intéressante si vous favorisez les petits hôtels dont l’impact écologique est faible.

Vous pouvez également séjourner chez l’habitant. Depuis quelques années, fleurissent des sites, comme Airbnb ou Bedycasa, qui mettent en relation voyageurs et locaux. Vous pouvez en quelques clics, choisir une maison ou un appartement et loger sur place le temps de votre séjour. Pour certains sites, vous avez le choix entre une chambre simple ou un logement entier. Cette alternative est moins cher tant pour le porte-monnaie que pour la planète.

4. S’enrichir de la culture locale

Vous avez la chance de voyager, profitez-en pour tout connaître de la culture locale, goûter aux plats traditionnels, explorer la biodiversité environnante et rencontrer la population.

Évitez d’acheter des produits qui ne sont pas fabriqués dans la région. De cette manière, vous limitez les émissions de gaz à effet de serre engendrées par les transports de marchandises. C’est également une manière de contribuer à l’économie locale.

Profitez de ce voyage pour pratiquer des activités en fonction du lieux où vous séjournez. Les activités nautiques sont bien meilleures dans les régions balnéaires et les activités alpines sont agréables dans les lieux rocheux.

5. Évitez de polluer les sites naturels

Personne n’aime apercevoir des détritus abandonnés dans l’endroit où l’on vit. Ne reproduisez pas ce geste lorsque vous voyagez. Le tourisme est l’une des activités qui génère le plus de pollution environnementale. La biodiversité est particulièrement touchée par les déchets laissés à l’abandon, les activités motorisées et la cueillette de plantes. “Regarde avec tes yeux” est un conseil qui vaut également dans le domaine du tourisme.

Certains gestes favorisent la protection des ressources naturelles. Par exemple, utiliser une crème solaire bio à filtres minéraux comme les protections des marques AlphaNova, Lavera ou encore Melvita, permet d’éviter le déversement de produits chimiques dans l’eau qui détruisent les coraux.

6. Laissez-vous séduire par l’éco-tourisme

Plusieurs agences de tourisme se sont spécialisées dans le développement durable. Saïga et Néorizons organisent des voyages éco-responsables. Par ailleurs, plusieurs concepts sont nés afin d’allier tourisme et écologie. Le woofing est en plein expansion. Des fermes bio proposent de loger des voyageurs en échange d'un peu de main d'œuvre. Voyager seul permet également de limiter son emprunte carbone, encore plus si vous choisissez de loger chez l’habitant.

Le tourisme joue un rôle très important dans la préservation de l’environnement. Protéger la planète est un combat de tous les jours qui inclue les vacances.

Commentaires