Le grand guide des labels BIO en France

un homme dans un magasin cherche des légumes, il est entouré de labels bio
Le grand guide des labels BIO en France
Par Valentine Poignon publié le
28920 lectures

AB, Bio Europe, Bio cohérence, Cosmebio, les labels bio ont fleuri entre 1980 et 2000 en réaction à l’intensification de la production industrielle agricole. À l’heure actuelle, il existe une trentaine d’organismes certifiant des produits biologiques. Afin de mieux les distinguer, suivez le guide des labels bio.

Consommer des produits bio, c’est adopter une consommation responsable envers sa santé et la planète. C’est un acte citoyen qui favorise une agriculture sans produit chimique, respectueuse de l’environnement et qui soutient les producteurs engagés. C’est aussi se soucier du bien-être animal, préférer le rapport humain et protéger la nature. 

Un label bio est une certification délivrée par un organisme public ou privé. Il garantit principalement l’absence de pesticides dans les produits et les cosmétiques ainsi que la présence quasi-inexistante d’OGM (différent selon les chartes) mais aussi la qualité et la traçabilité d'un produit issu de l'agriculture biologique destiné à la vente. Privée ou public, une association est libre de créer une charte. Certaines sont plus exigeantes que d’autres en intégrant à leurs critères la provenance française, le respect des conditions de travail des producteurs et le soutien aux valeurs écologiques. Pour vérifier le respect de la charte par ses adhérents, l’organisme peut faire appel à des professionnels comme l’État ou des indépendants.

Les logos bio généralistes

  • AB et Bio Europe

Depuis 2010, le label européen impose à tous les fabricants de produits issus de l’agriculture biologique d’afficher sur leur emballage la fameuse feuille verte, symbole de la certification Bio Europe. Créé en 1985, le label français AB possède aujourd’hui les mêmes garanties que son semblable européen. Si certains produits affichent les deux logos, c’est parce que le logo AB est mieux connu des consommateurs.

La charte européenne impose une interdiction totale des pesticides et engrais chimiques de synthèse. Elle tolère l’utilisation de produits d’origine naturelle à certaines conditions.

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Les OGM sont également formellement interdits. Un produit transformé bio peut toutefois contenir 5% d’ingrédients non-bio. C’est dans ces 5 % que peuvent éventuellement se glisser les OGM dont la contamination ne peut excéder 0,9% (et donc quasi indétectable). Par ailleurs, les produits transformés doivent contenir au moins 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. Un produit ne peut être 100% bio car une culture bio peut être pollinisée par une culture d’OGM voisine*. La mixité au sein d’une même exploitation et pour une même espèce bio/non bio est interdite mais il est possible de conduire en bio et non bio des variétés facilement distinguables.

Découvrez la charte

*Pas sur le territoire français
Crédit infographie : generationscobayes.org

  • Bio cohérence

En 2010, une nouvelle réglementation de l’agriculture bio a évincé la charte française au profit de l’européen. Aujourd’hui, le logo est conservé mais les critères bio français s’allègent. Des acteurs du développement durable ont donc créé un label qui reprend tous les critères plus strictes de l’ancien label bio AB.

La certification Bio Cohérence est plus stricte car le cahier des charges exige que les produits bio soient cultivés, produits et transformés sur le sol français. L’association oeuvre pour que toutes les entreprises, fermes et autres structures agricoles bio soient françaises et reçoivent un revenu équitable. La conviction humaniste ne s’arrête pas là, le bien-être animal est surveillé de manière assidue.

Découvrez la charte

  • Bio partenaire

Contrôlés et certifiés par un organisme agréé par les pouvoir publics, les produits labellisés Bio Partenaire et Bio Equitable se basent sur la réglementation européenne en intégrant des critères humanistes. Grâce à des contrats pluriannuels et à des discussions régulières entre les différents acteurs, l’association se base sur les valeurs du commerce équitable en assurant un revenu juste à ses producteurs. Leurs deux principales convictions sont la pérennité des acteurs du bio et le soutien de la production locale.

L’ensemble de la filière a mis en place une politique de respect de l’environnement en intégrant la notion de progrès. Cette politique joue favorablement sur le bien être des salariés,  leur santé et l’impact environnemental de leur production. Le label Bio Équitable, lui, garantit des produits textiles bio respectueux des petits producteurs en leur assurant un revenu juste.

Découvrez la charte

  • Demeter

Depuis 1928, l’association Demeter se base sur l’agriculture biodynamique, un système de production agricole inspiré d’un courant spirituel nommé l’anthroposophie. Il s’agit, en autre, d’adapter son mode de production aux cycles lunaires et planétaires.

En plus de bannir l’utilisation massive de produits chimiques pour préserver qualité des sols et des végétaux, Demeter favorise le développement de la biodiversité afin de renforcer la santé de la planète. Tout comme ses voisins, les labels Demeter et Biodyn certifient les mêmes garanties que le règlement européen à quelques exceptions près. Les produits transformés doivent se composer à 90% d’aliments certifiés Demeter. Les 10% restant doivent être certifiés bio.

Découvez la charte

  • Nature&Progrès

Fondé par des professionnels et des consommateurs en 1964, l’organisme Nature&Progrès se base sur une agroécologie paysanne et locale. Depuis la création de son logo en 1971, la charte de l’association est indépendante de la réglementation européenne. Son cahier des charges ne cesse d’évoluer pour mieux se concentrer sur les enjeux écologiques actuels.

Favoriser l’agriculture paysanne et biologique demeure une de leurs priorités. Tous les aliments doivent être certifiés N&P par des membres de l’organisme et les productions ne doivent pas agresser les plantes ou les animaux. L’huile de palme est d’ailleurs interdite dans tous les produits N&P puisque même bio sa production ne respecte ni l’homme (conditions sociales défavorables), ni la biodiversité (déforestation). Tout comme Bio Cohérence, les fermes sont 100% bio et local.

Découvrez la charte

  • FairTrade, Max Havelaar

Depuis 2004, l’organisme FairTrade lutte contre la production de matières premières qui ne permettent pas à ceux qui les produisent de vivre de leur travail. Aujourd’hui, trois quarts des personnes souffrant de malnutrition sont des agriculteurs ou des travailleurs agricoles originaires d'Amérique latine, d’Afrique ou d’Asie. Pour inverser cette tendance alarmante, l’association oeuvre en faveur du commerce équitable. Elle  assure ainsi un revenu juste aux producteurs du monde entier. Contrairement à Bio Partenaire, les produits labélisés ne sont cependant pas forcément issus de l’agriculture biologique.

Découvrez la charte

  • USDA Organic

Le label américain United States Departement of Agricutlure (USDA Organic) ressemble beaucoup au label européen mais ne s’organise pas de la même manière. En effet, les produits bio américains sont classés sous trois distinctions. Les produits entièrement issus de l’agriculture biologique reçoivent le label 100% organic. Ceux dont 95% des ingrédients sont bio peuvent utiliser le terme “organic” et ceux comprenant 70% d’aliments bio peuvent afficher sur l’emballage “made with organic ingredients” (“produit avec des ingrédients bio”).

Découvrez la charte

Les distinctions bio

  • Meilleur Produit Bio

Décernée par un jury de consommateurs, la mention Meilleur Produit Bio est destinée aux produits biologiques. Si un produit veut obtenir la distinction, il doit être testé par un jury de 100 consommateurs en condition réelle et obtenir une note supérieure à 16/20 . Depuis 2013, le logo garantit aux consommateurs des produits non seulement bio mais également bons ou efficaces !

Découvrez le réglement

Les labels cosmétiques bio

  • Ecocert

Écocert est un organisme de certification français créé en 1991 au label éponyme. Agréé par le Ministère de l'Agriculture, le label se retrouve surtout sur les emballages des cosmétiques et produits d’hygiène.

Les produits certifiés contiennent au minimum 95% d'ingrédients d'origine naturelle et transformés selon des procédés respectueux de l’environnement. Les parfums et colorants de synthèse ainsi que les silicones sont interdits dans leur composition. À la fin de la fabrication, les cosmétiques ne sont ni testés sur les animaux, ni ne renferment de matières premières animales.

Découvrez la charte

  • Cosmebio

Contrôlée par Ecocert ou Qualité France, Cosmébio est une association de professionnels de la cosmétique naturelle et écologique. Deux labels appartiennent à l’organisme: Cosmebio (biologique) et Cosmeco (écologique). Depuis 2002, les membres œuvrent en faveur du développement de produits de cosmétique issus de l'agriculture biologique et de la chimie verte.

Au minimum, 95% d’ingrédients sont naturels ou d’origine naturelle (50% des ingrédients végétaux sont certifiés AB et 5% de l’ensemble des ingrédients sont issus de l’agriculture biologique). En tant que propriétaire, l’association est la seule à pouvoir délivrer les logos à ses adhérants.

Découvrez la charte

  • Natrue

Natrue est un label créé par plusieurs fabriquants de cosmétiques naturels et biologiques dont la charte est très exigeante. Luttant contre le greenwashing, l’organisme se concentre sur la composition des produits et vérifie tous les ingrédients ainsi que l’ensemble des procédés de fabrication. Toute substance artificielle est bannie des produits certifiés.

La certification comporte trois niveaux. Le premier concerne les cosmétiques naturels qui renferment un seuil minimal d'ingrédients naturels et un seuil maximal de substances transformées d'origine naturelle. Le second regroupe les cosmétiques en partie issus de l’agriculture biologique où 70% des ingrédients naturels doivent provenir de production biologique contrôlée et/ou de cueillette sauvage contrôlée. Et enfin, les produits entièrement bio dont 95% des ingrédients naturels issus de culture biologique contrôlée et/ou de cueillette sauvage contrôlée.

Découvrez la charte

  • Slow Cosmétique

Depuis 2013, la certification Slow Cosmétique possède un système de contrôle différent des labels de cosmétiques bio. À la manière du guide Michelin et de son système d’étoiles, les membres de l’association remettent la mention “Slow Cosmétique” à des produits qu’ils ont évalués au préalable. Toute marque qui souhaite obtenir cette mention demande à être contrôlée. Les enseignes sont récompensées pour le respect de trois grands critères: une cosmétique raisonnable, écologie et humaine et peuvent recevoir une à trois étoiles.

Découvrez la charte

  • BDIH

Créé en 1951, le BDIH est une association d’entreprises commerciales et industrielles de médicaments, produits diététiques et soins. L’organisme met en place des contrôles sur les composants des produits adhérants. Comme Qualité France, le BDIH ne possède pas de charte mais demande aux entreprises partenaires de suivre une directive.

Plus de 440 entreprises membres font partie du BDIH. Plusieurs points fondamentaux régissent la directive. Les matières premières doivent être d’origine végétale et provenir de l’agriculture biologique. Les produits et matières premières ne doivent pas être testés sur les animaux ni au cours de fabrication ni du contrôle de produits fini (à la différence de Qualité France). Le recours aux rayonnements radioactifs est formellement interdit.

Découvrez le réglement

Commentaires