Ils inventent de la viande sans viande pour éviter la souffrance animale

un veau
Ils inventent de la viande sans viande pour éviter la souffrance animale
Par Elodie Sillaro publié le
7573 lectures

La start-up israélienne SuperMeat a mis au point une viande “artificielle” issue de culture cellulaire. Elle permettrait d’éviter de consommer de la viande sans tuer d’animaux. Une révolution qui fait polémique.

Manger de la viande sans tuer d’animaux, difficile d’y croire. Pourtant, c’est le pari que s’est lancé la start-up SuperMeat qui souhaite commercialiser de la viande de poulet cultivée en laboratoire. On le sait, la consommation de viande a un impact néfaste sur l’environnement sans parler du tort fait aux animaux. Pour trouver une alternative végétarienne économiquement viable à la production de viande actuelle, la firme israélienne développe une biotechnologie qui permet de produire de la viande de culture à partir de cellules animales.

Du blanc de poulet sans tuer de poulet

Ce n’est ni de la fausse viande, ni du tofu, du tempeh ni tout autre alternative végétale, c’est une viande qui aurait le goût et la texture similaire à la véritable viande, le tout à un coût abordable et sans souffrance animale. Cette dernière serait produite en culture avec des cellules prélevées par biopsie sur un poulet (et sans souffrance) puis cultivées en laboratoire dans un milieu qui riche en éléments nutritifs. Ces nutriments aident les cellules à se développer et se diviser. Avec l'ajout d'échafaudages et d'autres aides technologiques, les muscles et les tissus adipeux sont créés et, ensemble, ils composent la viande (sans OGM et sans additif d’origine animale) avec laquelle nous sommes tous familiers.

“Nous avons fondé SuperMeat pour révolutionner l’industrie alimentaire. L'idée est de promouvoir une solution humaine à la faim dans le monde, ne reposant pas sur les animaux" a déclaré Koby Barak, PDG de la firme. La viande de culture est un projet déjà existant mais SuperMeat a privilégié un procédé de création différent de ceux actuellement expérimentés.

La bioculture, une réponse au bien-être animal et à l’écologie ?

SuperMeat se revendique plus sain car la viande produite en laboratoire est très surveillée et respectueuse de l'environnement. Sa production requiert 99% de terres en moins, rejette 90% de gaz à effets de serre en moins et aucun animal n’est maltraité durant le processus. Elle ne génère aucun stress sur l’écosystème et aucune privation des besoins élémentaires des animaux comme c’est le cas dans l’élevage industriel.

Pour l’instant, la viande “in vitro” est encore à l’état de projet. Selon Sciences et Avenir, la production d’un simple steak haché se chiffre à près de 250.000 dollars. La firme israélienne, elle, envisage de développer un moyen de production économique et de mettre cette viande sur le marché d’ici 2020. Elle souhaiterait même pouvoir équiper les restaurants, supermarchés et même les particuliers de leurs machines. L’entreprise vient de clore une campagne de financement participatif au cours de laquelle elle a récolté près de 200 000 dollars. Elle prévoit une levée de fonds totale qui devrait atteindre deux millions de dollars.

Commentaires