Maltraitance animale: l'envers de l'abattage rituel des moutons révélés par L214

des moutons dans un abattoirs
Maltraitance animale: l'envers de l'abattage rituel des moutons révélés par L214
Par Elodie Sillaro publié le
8082 lectures

Des moutons égorgés sans être étourdis, c’est ce que révèle les nouvelles images de l’association L214. À l’occasion de la fête de la journée de commémoration de l’Aïd el-Kébir, des centaines de moutons ont été abattu dans d’atroces souffrance dans le plus gros abattoirs d’ovidés de France.

L214 a enquêté dans un des plus gros abattoirs de moutons en France. Depuis le début de l’année, c’est la cinquième vidéo de l’association de protection animale qui dévoile des images de maltraitances sur les animaux dans les abattoirs. Après les vidéos tournées dans les abattoirs d’Alès, de Vigan (Gard), de Mauléon-Licharre (Pyrénnées-Atlantiques), de Pézenas (Hérault) et du Mercantour (Alpes-Maritimes) sans compter celle de l’enfer de l’élevage des poules en batterie dans l’Ain), c’est cette fois dans l’abattoir de moutons du Vigeant dans la Vienne que les animaux sont victimes de cruauté.

Des moutons égorgés à vif

Tournée le 12 septembre et diffusée une semaine après, la vidéo révèle l’envers des abattages rituels sur des moutons de l’Aïd el-Kébir, une fête commémorative de la religion musulmane. Les images montrent des moutons égorgés à vif puis accrochés encore vivants et conscients à la chaîne d’abattage, qui continuent même de se débattre une fois suspendus. En plus de la souffrance des animaux, on peut y voir l’absence d’application des normes réglementaires qui induit le mauvais traitement des moutons.

Des manquements à la réglementation

Malgré le renforcement annoncé des contrôles et la publication du rapport de la commission d’enquête parlementaire sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie, les animaux continuent de mourir dans d’atroces souffrances et les infractions à la réglementation se poursuivent.

Depuis 1964 et selon la loi française, “”l’étourdissement des animaux est obligatoire avant l’abattage ou la mise à mort”. Cependant, une dérogation est appliqué lorsque “l’étourdissement n’est pas compatible avec la pratique de l’abattage rituel”. De cette façon, la viande peut être considéré comme hallal ou casher.

“L’abattage sans étourdissement n’a évidemment pas le monopole de la cruauté — nos précédentes enquêtes en témoignent — mais c’est une pratique reconnue par la communauté scientifique et vétérinaire comme provoquant davantage de douleur et de stress qu’un abattage avec étourdissement.”, Brigitte Gothière, porte-parole de L214.

Abattage rituel et étourdissements compatibles

Ces images devraient relancer le débat sur l’abattage rituel en France. Pourtant, dans certains pays majoritairement musulmans comme l’Indonésie et la Jordanie, l’étourdissement avant la saignée est accepté, ce qui permet à l’animal d’être inconscient lors de sa mise à mort.

Selon les Autorités européennes de sécurité des aliments (EFSA), « En raison des graves problèmes de bien-être animal liés à l'abattage sans étourdissement, un étourdissement devrait toujours être réalisé avant l'égorgement”.  L’association demande donc une évolution des règles d’abattage qui rendraient l'étourdissement systématique. Hier, elle a lancé une pétition pour interdire l’abattage sans étourdissement des animaux.


 

Commentaires