Au Pays-Bas, une ville autosuffisante va bientôt voir le jour

photographie de la future ville autonome au Pays-Bas
Au Pays-Bas, une ville autosuffisante va bientôt voir le jour
Par Donna So publié le
22169 lectures

Récemment construite, la ville d’Almère au Pays-Bas donnera naissance à un petit village autosuffisant en 2017. Entièrement autonome, il produira ses propres ressources en énergie et en alimentation grâce à des infrastructures écologiques.

Qui aurait cru qu’un jour on pourrait bâtir un quartier 100% autonome et “zéro déchet” ? En partenariat avec le cabinet d’architecte Effekt, la société immobilière californienne ReGen Villages a imaginé un lieu qui tenterait de répondre aux problèmes humains actuels tels que le changement climatique, la surpopulation ou encore le manque de terres cultivables. À vingt minutes d’Amsterdam, ils souhaitent construire un quartier qui repose sur des structures écologiques et économiques capables de faire vivre ses habitants de façon autonome.

Un projet environnemental futuriste

Chez ReGen Villages, on voit les choses en grand. Les architectes prévoient un projet qui repose sur 5 piliers : la construction de maison à énergie positive, l’agriculture biologique à haut rendement, la production d’énergies renouvelables, le recyclage des déchets et le filtrage des eaux ainsi que la responsabilité des communautés locales. Le but étant de concilier développement durable et vie en communauté.

Les habitations seront élaborées à partir de matériaux naturels et recyclables comme le bois ou le verre. Pour alimenter la ville en énergie “verte”, plusieurs systèmes seront mis en place comme les panneaux photovoltaïques (énergie solaire), les éoliennes, la géothermie (chaleur de la terre) ou la biomasse (matière organique). L’énergie produite sera distribuée par un réseau intelligent pour alimenter la ville mais aussi les transports et un parking de voitures électriques.

Autonome mais aussi producteur

En plus de l’autonomie énergétique, James Ehrlich, PDG de Regen Villages, veut produire de la nourriture biologique en abondance pour permettre au village néerlandais d’être autosuffisant.  Il précise sur le site américain Fast Compagny qu’il a prévu “des tonnes de nourriture bio en abondance chaque année - des légumes, des fruits, des oeufs, du poulet, des produits laitiers et des protéines issus de tous petit animaux.”  Pour répondre aux besoins alimentaires des habitants, plusieurs méthodes d’agriculture durable et le moins énergivore possible seront utilisées. Parmi elles, on retrouve l’aquaponie (technique de culture de végétaux en « symbiose » avec l'élevage de poissons), l’aéroponie (culture hors-sol), la permaculture ou encore les jardins-forêts.

Ainsi, le quartier produira plus de nourriture que dans les fermes traditionnelles en utilisant jusqu’à 70% de ressources en moins. Puisque rien ne se perd, tout se transforme : les aliments non consommés et les déchets organiques seront transformées en biogaz ou destinés à l'alimentation des animaux d’élevage, les eaux de pluie et aux eaux usées seront filtrées pour être utilisées pour les cultures et plantations, les déjections de ces animaux d’élevage seront utilisées quant à eux pour servir d’engrais aux cultures, de la même manière que celles des poissons de l’aquaponie. Ces techniques sont utilisés dans le but de tout utiliser plutôt que de jeter ou gaspiller.

Succès et démocratisation

À peine construit, le concept du village “zéro déchet” se voit déjà implantés dans d’autres pays par les concepteurs. L’élaboration de ce projet répondrait aux problèmes de hausse démographique mondiale, notamment en Inde et en Afrique. Des projets similaires seront réalisés au Moyen-Orient après étude des conditions climatiques.

Actuellement en construction, le village d’Almere a pour ambition d’être le premier quartier “zéro déchet” d’une longue série d'infrastructures identiques à travers le monde. Ces nouvelles communautés urbaines autonomes veulent anticiper la surpopulation à venir : d’ici 2050, la population mondiale comptera près de 10 milliards d’habitants.

Commentaires