OGM : Monsanto s’empare de l’outil le plus puissant de la manipulation génétique

des pousses de plantes génétiquement modifiées
OGM : Monsanto s’empare de l’outil le plus puissant de la manipulation génétique
Par Donna So publié le
16034 lectures

Monsanto vient d’acquérir la licence d’exploitation du CRISPR-Cas9, le plus puissant outil de modification génétique. Il y a quelques semaines, le géant des OGM a annoncé la conclusion d’un accord avec l’Institut Broad pour utiliser l’outil dans le développement de semences destinées aux cultures agricoles.

Après s’être fait racheter par la firme pharmaceutique Bayer, l’entreprise américaine s’intéresse encore de plus près au domaine de la génétique. Le géant des OGM souhaite devenir un super-géant en acquérant la licence d’exploitation du CRISPR-Cas9 auprès du centre de recherche biomédicale et génomique, le Broad Institute du MIT et d’Harvard.

Une nouvelle acquisition inquiétante

Monsanto ne se contente pas de faire les choses à moitié et vient de s’emparer du plus grand outil de manipulation génétique, le CRISPR/Cas9 Gene-Editing System. Grâce à cette licence, Monsanto va créer de nouvelles plantes capables de résister à la sécheresse et à certains insectes. Il proposera également des nouveautés comme l’huile de soja modifiée dont il vante les propriétés nutritives comme meilleures pour la santé que celle de l’huile d’olive.

Néanmoins, l’Institut Broad lui impose des restrictions d’utilisation. Monsanto ne devient pas propriétaire des brevets du CRISPR mais obtient simplement un droit d’exploitation. Il ne peut
créer de gene drive, un gène capable de modifier un gène sur des générations entières.

Accélération des manipulations

Tom Adams, le représentant de Monsanto s’est exprimé sur le sujet, affirmant que cet achat est “une accélération dans l’évolution des caractéristiques végétales à un rythme que les créateurs traditionnels d’OGM ne nous [la société américaine] permettent pas”. Monsanto pourra ainsi utiliser cet outil pour augmenter le rendement des plantes qui seront plus résistantes et ainsi réduire l’utilisation des pesticides.

Pour l’heure, le géant est limité à la modification et la suppression des gènes existants et a pour interdiction de créer des nouveaux gènes ainsi que d’ajouter des génomes étrangers à ceux des animaux ou plantes manipulés. L’accord lui interdit également la production de graine stérile à l’aide de l’outil CRISPR. Malheureusement, les modifications apportées à une plante par CRISPR ne nécessitent pas d’approbation réglementaire, comme c’est le cas pour les OGM. La manipulation génétique viendra s’immiscer discrètement dans nos assiettes...

 

Commentaires