La première route solaire voit le jour en Normandie

un cycliste qui roule sur une route solaire
La première route solaire voit le jour en Normandie
Par Donna So publié le
10988 lectures

La ministre de l’environnement, Ségolène Royal, inaugure ce 22 décembre, la toute première route solaire en Normandie. C'est une première mondiale qui pourrait alimenter en électricité l'éclairage public d'une ville de 5.000 habitants.

La première route solaire voit le jour en France. Après 5 ans de tests et de recherche, le projet Wattway revêtit la route de panneaux photovoltaïques de la commune normande de Tourouvre-au-Perche. La ministre de l’environnement, Ségolène Royal, a inaugurer l'infrastructure innovante et inédite, ce jeudi 22 décembre. Encore en phase d’essais, ce projet pourrait bien permettre d'alimenter en électricité les infrastructures des villes françaises.

L’éclairage public d’une ville de 5 000 habitants

C'est l’entreprise Colas (groupe Bouygues) et l’Institut national de l’énergie solaire (INES) qui ont imaginé la première route solaire sous le projet Wattway. 2800 m² de dalles photovoltaïques ont été installées sur la voie départementale desservant la commune de Tourouvre-au-Perche. Ces dalles permettent de convertir l’énergie solaire en électricité.

« Ces dalles sont capables de supporter la circulation de tout type de véhicules, y compris les poids lourds » affirment les partenaires du projet Wattways

D’après la direction du projet, cette installation devrait permettre de produire l’équivalent de l’éclairage public d’une ville de 5 000 habitants. L’idée de Wattway est de mettre en place des panneaux solaires sur des réseaux routiers pour produire de l’électricité sans empiéter sur les surfaces agricoles ou les espaces naturels. Assuré par une subvention de l’État, le financement de ce projet s’élève à 5 millions d’euros.

Vers une transition énergétique en France

Le coût exorbitant de ce financement s’explique par le coût même des matériaux employés pour la fabrication des panneaux. Les panneaux à plat (disposés au sol) sont plus chers et moins rentables en termes d'énergie que les panneaux sur toiture. Ce détail ne décourage pourtant pas les acteurs de ce projet qui ont pour objectif de réduire “le prix des productions solaires d’ici 2020”.

Avec un million de kilomètres de routes solaires, la France pourrait ainsi - en théorie - accéder à une certaine indépendance énergétique en couvrant le quart de sa production annuelle. Pour Ségolène Royal, ce premier modèle solaire s’inscrit dans la transition énergétique reposant sur trois points : “la promesse de croissance verte, la création d’emplois et l’innovation”.

© Joachim Bertrand - COLAS

Commentaires