7 bienfaits sous-estimés des câlins

une famille se fait des câlins et sont heureux
7 bienfaits sous-estimés des câlins
Par Elodie Sillaro publié le
1950 lectures

Les câlins ont une symbolique particulière: ils témoignent d’une affection, d’une joie partagée, ils réconfortent ou apaisent. Mais saviez-vous que faire un câlin éloigne les maladies et donne confiance en soi ? Découvrez les bienfaits de la câlinothérapie.

Si la pratique est très développée dans les pays anglo-saxons, les Français sont plus frileux et les réservent à leurs proches. Osez éteindre votre entourage, le câlin regorge de bienfaits pour tous..

1. Il favorise le bonheur

Le câlin est une arme redoutable contre la déprime. Il active la sécrétion d’endorphines, de l’ocytocine et de la dopamine. Les endorphines et la dopamine sont les hormones du plaisir et du bonheur. Quant à l’ocytocine, au bout de 20 secondes de contact physique, le cerveau en libère suffisamment pour ressentir un sentiment de bien-être et d’apaisement.

2. Il accroît la confiance

Faire ou recevoir un câlin stimule la confiance en soi et l’autre tant au niveau psychologique que neurologique. Il déclenche la sécrétion de l’ocytocine - appelée l’hormone de l’amour - liée à l’attachement émotionnelle. C’est aussi l’hormone du lien social, elle encourage la relation de confiance et aide à vaincre la timidité. Une étude de chercheurs de l’université de Sandford en Californie montrent que l'ocytocine participe au plaisir ressenti au cours d'une interaction sociale.

3. Il réduit la pression artérielle

La sensation du toucher active des récepteurs qui envoient un signal au nerf vagal. Cette action a pour effet de canaliser le flux sanguin, de diminuer le rythme cardiaque et la tension artérielle. De cette façon, le câlin est une véritable méthode anti-stress qui vaut largement les médicaments qui visent à réduire l’anxiété.

4. Il prévient les maladies

En plus de prévenir des maladies cardiaques, le câlin préviendrait des maladies virales. Selon une étude menée à l'université Carnegie-Mellon, à Pittsburgh, il pourrait nous prémunir de certains virus qui courent l’hiver comme le rhume. À condition, bien sûr, que le câlineur ne soit lui-même malade. Le câlin renforcerait également le système immunitaire.

5. Il réduit la douleur

Les câlins ont une influence sur le corps ainsi que sur le système neurologique. En effet, l'ocytocine peut avoir pour vertu de décontracter les muscles et de faire ralentir la circulation sanguine, ce qui permet, dans certains cas, de réduire la douleur.

6. Il éloigne la solitude

Nul besoin d’être en couple ou d’avoir des enfants pour se faire des câlins. Enlacer un ami, une connaissance, un inconnu ou même un animal permet de profiter plein des bienfaits d’un câlin. C’est une façon de faire le plein de tendresse car le contact remplit le vide émotionnel qu’on peut parfois ressentir. C’est un constat particulièrement vrai, aujourd’hui, dans un monde enclin à la communication virtuelle.

7. Il allonge l’espérance de vie

En réduisant les risques de problèmes de tension artérielle et de dépression mais aussi en éloignant les maladies cardiovasculaires et neurodégénératives, le câlin contribue à notre espérance de vie. En stimulant notre organisme et notre cerveau, il prolonge notre vie.

 

À avoir dans sa bibliothèque:

Le Petit Livre des gros câlins, Kathleen Keating, 2007, éd. Points, 4.90€

Les scientifiques sont d’accord : les câlins agissent miraculeusement sur notre bien-être physique et notre équilibre affectif. Ils rendent heureux, sèchent les larmes, donnent confiance en soi, apaisent les tensions, évitent les insomnies, ralentissent le vieillissement, facilitent les régimes… Alors, pourquoi s’en priver ? Réapprenons à nous parler avec les mains.

 

Commentaires