Substipalm, une alternative française et prometteuse à l’huile de palme

Substipalm, une alternative française et prometteuse à l’huile de palme
Substipalm, une alternative française et prometteuse à l’huile de palme
Par Elodie Sillaro publié le
592 lectures

Dans le sud-ouest de la France, deux entreprises alimentaires, Nataïs et Poult, développent en partenariat une alternative à l’huile de palme: le substipalm, à base d’huile de tournesol locale. Ce projet pourrait-il annoncer la fin de l’huile de palme en France ?

Avec plus de 60 millions de tonnes produites chaque année, l'huile de palme est la plus consommée au monde. Deux entreprises françaises ont pour ambition d’en finir avec cette huile dont l’exploitation est très controversée pour des raisons environnementales et éthiques. Leur objectif ? Substituer cette huile végétale à une huile locale à base de tournesol, plus respectueuse de l’environnement.

Un projet inédit qui pourrait changer nos habitudes

Depuis trois ans, deux entreprises du sud-ouest de la France planchent sur une alternative locale à l’huile de palme. En collaboration avec leur conseil régional et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Poult (un biscuitier) et Nataïs (leader mondial de la production de pop-corn) ont inventé un produit de substitution à base de tournesol, baptisée "Substipalm".

Un pari difficile car cette huile a l’avantage d’empêcher de rancir, de donner un goût trop prononcé aux aliments ou de changer d’aspect en fonction de la température: "Dans certains biscuits nous pouvons faire sans huile de palme, mais quand il s'agit de biscuits fourrés, c'est très compliqué d'utiliser autre chose car elle a la particularité de résister aux variations de température tout en fondant dans la bouche à 37°C. On pourrait la remplacer par du karité ou de l'huile de coco, mais c'est aussi exotique et ça ne fait que reporter le problème de déforestation", explique, Cécile Terrol, responsable recherche et développement au sein du biscuitier Poult, à 20 minutes,

Idem chez leur partenaire Nataïs: Même son de cloche du côté du partenaire Nataïs. Mickaël Ehmann, son président : "Pour nos produits micro-ondables, nous utilisons une huile de palme certifiée développement durable. Mais notre objectif est de passer à un approvisionnement local et donc sans huile de palme, ce qui est possible avec l’huile de tournesol.", explique Mickaël Ehmann, président de Nataïs. Nataïs fait aussi du pop-corn bio !

Dans nos assiettes en 2018 ?

Huile la moins chère et la plus consommée, l’huile de palme est omniprésente (produits alimentaires, d’hygiène, cosmétiques, pharmaceutiques). L’explosion de sa demande représente une menace considérable pour l'environnement et l’homme: déforestation, menace de la biodiversité et de certaines espèces comme les orang-outans, exploitation humaine. Pour la remplacer, on a parfois recours à d’autres huiles (coco, arachides) ou beurres (karité). Le résultat étant plus coûteux et moins intéressant pour les industriels.

Si le Substipalm reste plus cher que l’huile de palme, il pourrait bien entrer dans la composition de nombreux aliments. Nataïs a annoncé que les premiers pop-corns à base de Substipalm seraient commercialisés en 2018. Le substitut doit d’abord être officiellement autorisée à la consommation. La demande d’agrément a été transmise à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Reste que le prochain challenge est de convaincre le consommateur. Malgré des prix un peu plus élevés, les produits à base de Substipalm permettraient de préserver l’environnement, d’encourager une agriculture locale, d’épargner le travail des enfants et la disparition des orang-outans.

Commentaires