Une start-up française veut créer une “maison de retraite” pour poules pondeuses

Visuel de la solution Poule House qui ne tue pas les poules
poule house maison retraite poules pondeuses sart-up francaise
Par Mathieu Doutreligne publié le
1244 lectures

Afin de lutter le plus efficacement possible contre la souffrance animale, une start-up française veut créer Poulehouse, une maison de retraite consacrée aux poules en fin de carrière, destinées à l’abattoir.

Tout part d’un triste constat. Actuellement, peu importe le type d’élevage (même biologique), les poules pondeuses sont abattues après 18 mois d'existence pour des questions de rentabilité. Chaque année en France, pas moins de 100 millions de poules et poussins sont envoyés en “réforme”. C’est encore plus révoltant lorsqu’on sait qu’une poule a une espérance de vie en moyenne de 6 ans. “Du coup, on a créé Poulehouse. Et chez Poulehouse, on s’engage pour le bien-être de nos chères poulettes !

Plus que des mots contre les maux

Poulehouse, c’est d’abord et avant tout la volonté d’arrêter de tuer des poules pour manger des oeufs, car le concept de mettre à mort cet animal en raison d’une baisse de son taux de ponte ne leur plaît pas. Pas du tout même, surtout si les gallinacés restent en bonne santé après l’âge de “non-rentabilité”.

L’idée forte de Poulehouse est de récupérer les poules après 18 mois pour les héberger dans un refuge et les laisser pondre à leur rythme. La start-up souhaite ensuite commercialiser ces oeufs issus d’un circuit d’élevage excluant toute souffrance animale. Le refuge nommé "La Maison des Poules" leur permettra de finir leurs vies dans un environnement répondant au mieux à leurs besoins sociaux, physiques et physiologiques. Les oeufs seront ensuite vendus 5,99€ la boite de 6.

Toujours avec une volonté de réduire au maximum la souffrance animale, Poulehouse suit de près la méthode de sexage IN OVO qui permettrait de déterminer le sexe du poussin dans l'oeuf, avant la naissance de l'animal. Cette révolution devrait voir le jour d’ici la fin d’année et éviterait ainsi le massacre des poussins nés mâles.

Un projet en financement participatif

Actuellement encore au stade du projet, Poulehouse souhaite faire intervenir les consom’acteurs, conscients des incohérences qui provoquent la mort de millions de poules chaque année. La Maison des Poules a besoin de structures pour être construite et une campagne de financement participatif a été lancée sur le site spécialisé kisskissbankbank.

Via cette campagne, les trois initiateurs du concept espèrent récolter plusieurs dizaines de milliers d’euros pour aider à acheter le silo à grain, une partie de l'alimentation pour les animaux et un ou plusieurs bâtiments d’hébergement.

Plus d'informations, de détails, de photos, de témoignages sur poulehouse.fr

Commentaires