Journée des droits des femmes: 10 femmes écolos et engagées

Journée des droits de la femme: 10 femmes écolos et engagées
Journée des droits de la femme: 10 femmes écolos et engagées
Par Juliette Labracherie publié le
1787 lectures

En ce 8 mars, journée internationale des droits de la femme, Bio à la Une met comme chaque année à l’honneur ces femmes d'exception ayant un rôle majeur dans l’écologie, le développement durable et l’humanitaire.

Qu'elles soient écolo, féministes, solidaires, ces femmes oeuvrent pour rendre le monde meilleur. Nombreuses sont celles qui s'engagent avec passion pour l'égalité, la solidarité, l'environnement ou un peu tout à la fois. Leur bravoure contribue à façonner le monde et mérite d'être soulignée. Elles sont nombreuses mais Bio à la Une a souhaité mettre en lumière quelques-unes de ces femmes d'exception. 

Elle cultive le bonheur : Amma

Amma cultive le bonheur et répand l’amour. Elle était la première de notre classement l’année dernière mais pourrait être citée chaque année. Leader spirituel et visionnaire, elle tend son épaule et donne le “darshan” à tous ceux qui souhaitent soulager leur coeur. Chaque année, elle fait le tour du monde et récolte de l’argent au profit de son ONG humanitaire et écologique Embracing The World. 350 000 personnes l’ont accueilli à Paris en novembre dernier.

À lire >>> À la rencontre d'Amma, prêtresse de l'amour et du câlin

Elle agit pour pays : Arundhati Roy

Arundhati Roy est une écrivaine et militante pacifiste indienne engagée en faveur des droits de l’Homme et de l’écologie. Elle n’hésite pas à prendre position dans ses essais contre les tests nucléaires en Indes et la construction de certains grand barrages qui menacent la vie des populations locales. Dans son roman semi-autobiographique Le Dieu des Petits Rien, elle dénonce le système de castes responsable de la discrimination et de la mondialisation.

© Famous Authors

Elle lutte contre la faim dans le monde : Peggy Pascal

Humanitaire écolo, Peggy Pascal remporte en mars 2013 le prix Terre de Femmes de la Fondation Yves Rocher pour son action au Kenya. Directrice “qualité des programmes” de l’association Solidarité Internationale, elle développe en 2008 dans les bidonvilles de Nairobi le concept des sacs potager permettant à la population de cultiver leurs propres légumes. Elle poursuit son projet en Haïti, en Somalie et jusqu’en Birmanie. En 2017, elle devient responsable du “plaidoyer lutte contre la faim” pour ACF France.

© Yves Rocher Fondation

Elle prône le zéro déchet : Béa Johnson

Béa Johnson réalise presque l’impossible : vivre en produisant zéro déchet dans le pays de la surconsommation. Elle pose ses valises aux États-Unis en 1992, adopte le mode de vie américain puis se rend compte qu’il ne lui procure que malaise et insatisfaction. Elle décide de tout changer en 2008 pour un nouveau mode de vie simple et minimaliste. Récupération, recyclage, trucs et astuces… Son livre Zéro Déchet sorti en 2013 lui fera devenir la pionnière de cette initiative à la fois économique et écologique.

À lire >>> "Apprendre à faire avec ce que l'on possède", interview de Béa Jhonson, la guru du Zéro déchet

Elle réinvente l’agriculture : Perrine Hervé-Gruyer

Perrine Hervé-Gruyer est à l’origine de la Ferme biologique du Bec Hellouin et produit ses fruits et légumes avec une seule technique : la permaculture. À l’origine de ce projet, Perrine et son mari n’avait aucune expérience agricole. Aujourd’hui pourtant, ils proposent des formations destinées aux professionnels comme aux particuliers. En 2011, la ferme séduit l’INRA et AgroParisTech qui débutent ensemble un programme de recherche visant à modeler leur propre méthode de permaculture.

À lire >>> La permaculture est une activité rentable selon l'Inra, l'exemple de la Ferme du Bec Hellouin

© Femininbio.com

Elle protège les océans : Claire Nouvian

C’est après sa carrière de journaliste, productrice et réalisatrice de documentaires animaliers que Claire Nouvian fonde en 2004 l’association BLOOM pour la protection des océans et des espèces marines. Elle aborde déjà cette cause dans Expédition dans les abysses, Océanautes (2004) ou encore Microcéan (2003), mais décide de s’y dévouer complètement à partir de 2005. En janvier 2017, elle remporte le “Policy Ocean Award” de Blue Marine Foundation et BOAT Magazine International qui “célèbrent les individus et les projets qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la santé des océans”.

© Boat International

Elle préserve les écosystèmes : Julie Garnier

Vétérinaire de formation, lauréate de Maisons-Alfort et diplômée du Royal Veterinary College à Londres, Julie Garnier remporte en novembre dernier le trophée des femmes en Or 2016 dans la catégorie environnement. Après avoir travaillé avec la tribu Shangaan au Zimbabwe pour comprendre la reproduction du rhinocéros noir, elle met en place une méthode de conservation durable des écosystèmes et des espèces en voie de disparition. Elle inclut dans ses projets les grands enjeux de notre époque, à savoir la place des femmes, l’économie et la santé.

© Femme en or

Elle propose des solutions aux désordres environnementaux : Coline Serreau

Coline Serreau est une femme de lettre et de théâtre mais c’est aussi une femme de cinéma engagé. Actrice, compositrice et chef de choeur française, c’est sous sa casquette de réalisatrice et scénariste que nous la mettons à l’honneur. Après avoir dirigé La Belle Verte en 1996, conte philosophique qui aborde des thèmes aussi divers que l'écologisme, le féminisme, l'humanisme et les valeurs sociales, Coline Serreau réalise en 2010 Solutions locales pour un désordre global qui montre les solutions et initiatives aux désordres environnementaux:.

© Angers Mag

Elle fait entrer l’écologie dans les entreprises : Christine Desbois

C’est en 2016 que Christine Desbois remporte le prix de La Parisienne dans la catégorie environnement qui récompense les femmes influentes et talentueuses de l’année. Elle rejoint le groupe BIC dans les années 1990 et convainc son PDG en 2002 de donner une conscience écologique à sa marque. Elle devient la première directrice du développement durable et tente d’atteindre son prochain objectif : l’indexation des bonus du comité exécutif sur des critères de développement durable. Elle est aussi engagée dans un projet de supermarché coopératif à Paris et, via BIC, dans Nos quartiers ont du talent, le programme d’insertion des jeunes diplômés.

© L'Usine Nouvelle

Elle promeut le rôle de la femme dans l’écologie : Alina Saba

Originaire du Népal, Alina Saba est connue pour sa participation en septembre 2014 au Sommet des Nations Unies sur le climat au côté de l’ancienne présidente irlandaise Mary Robinson. Chercheuse au Mugal Women’s Upliftment Institute, l’Institut pour la promotion des femmes, elle lutte pour les droits des femmes indigènes et la justice climatique. En 2015, elle participe à la COP21 pour défendre ses convictions.

© Nepal Mountains News

Commentaires