Nanoparticules dans l'alimentation : l'étiquetage devient obligatoire

Nanoparticules dans l'alimentation : l'étiquetage devient obligatoire
Nanoparticules dans l'alimentation : l'étiquetage devient obligatoire
Par Elodie Sillaro publié le
1675 lectures

Nous ingérons quotidiennement et à notre insu des nanoparticules dont les risques sont mal connus et pour lesquelles les scientifiques appellent aux principes de précaution. Désormais, les produits alimentaires devront indiquer la présence de nanoparticules sur leur emballage.

Ségolène Royale, la ministre de l’Environnement a signé un arrêté obligeant l’industrie agro-alimentaire à indiquer clairement la présence de nanoparticules, dès lors que leur teneur dépasse 10 %, sur les emballages alimentaires.

Colorants et additifs en ligne de mire

Les bonbons, biscuits, capsules de café et tous les autres produits alimentaires industriels devront mentionner la présence de nanoparticules sur leur emballage.

“Tous les ingrédients des denrées alimentaires qui se présentent sous forme de nanomatériaux manufacturés sont indiqués clairement dans la liste des ingrédients. Le nom des ingrédients est suivi du mot « nano » entre crochets.”

Certains colorants et additifs sont notamment dans le viseur : le dioxyde de titane ou E171 très employé pour la conception de sucreries et soupçonné d’être cancérigène mais aussi le silice amorphe ou E551, utilisé comme additif dans le sucre.

Très au fait du sujet, l’association Agir pour l’Environnement avait dressé une liste de 200 produits présents dans nos supermarchés susceptibles de contenir des nanoparticules, en mars dernier. Dans un communiqué, l’ONG Agir pour l’environnement ironise sur la mesure prise par la ministre. Effectivement, le règlement européen stipule d’indiquer la présence de nanoparticules dans les produits alimentaires : "Soit la ministre ne connaissait pas l’existence de ce règlement européen, soit elle a utilisé le Journal Officiel pour simuler une action politique à défaut de faire respecter la réglementation existante”. En espérant que ce nouvel arrêté soit enfin respecté.

Commentaires