Bientôt une pilule sans hormone à base de végétaux ?

Bientôt une pilule sans hormone à base de végétaux
Bientôt une pilule sans hormone à base de végétaux
Par Elodie Sillaro publié le
35478 lectures

Une pilule contraceptive d’un genre totalement nouveau pourrait révolutionner le quotidien des femmes. Elle serait sans hormone et composée 2 principes actifs issus de plantes.

La pilule contraceptive a révolutionné la sexualité des femmes mais pas sans inconvénients. Les hormones de synthèse (œstrogènes de synthèse et progestérone) qu’elle renferme bloquent le fonctionnement normal du cycle féminin avec de nombreux effets secondaires. Pour limiter ces derniers, des scientifiques travaillent sur des composés naturels issus du monde végétal. Explications.

Des principes actifs issus des plantes

Selon les résultats d’étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, une combinaison de deux principes actifs pourrait être utilisée comme contraceptif. Des chercheurs de l'Université de Berkeley en Californie, aux États-Unis, ont mené une étude approfondie sur une centaine de plantes et ont découvert un duo de principes actifs végétaux qui pourrait permettre de bloquer l’activation du sperme.

Pour tester son efficacité, des échantillons de spermatozoïdes de 4 hommes en bonne santé ont été testés. L’équipe de scientifique s’est concentrée sur deux composés végétaux : le lupéol qui se retrouve dans l’aloe vera, la mangue ou la racine de pissenlit, et la pristimerine qui provient d’une espèce rare de vigne chinoise.

Résultats, les deux composés naturels inhibent les processus chimiques qui entrent en jeu dans la fécondation. Ils ont montré leur efficacité en bloquant la capacité du spermatozoïde à entrer en contact avec l’ovule. Ces substances pourraient même être plus efficaces que les méthodes de contraception présentes sur le marché.

Pilule ou patch à venir

Ce nouveau mode contraceptif pourrait voir le jour sous forme de pilule ou de patch cutané. Même si les résultats sont encourageants, les chercheurs doivent encore valider de nombreux tests cliniques afin de prouver qu'il s'agit bien d'une forme de contraception alternative sûre et efficace.

Commentaires