Cosmétiques : comment repérer les produits “sains et sûrs” ?

Cosmétiques : comment repérer les produits “sains et surs” ?
Cosmétiques : comment repérer les produits “sains et surs” ?
Par Juliette Labracherie publié le
8729 lectures

Ingrédients allergènes, irritants ou perturbateurs endocriniens… Face à la méfiance des consommateurs à l’égard des produits cosmétiques industriels, 60 Millions de consommateurs propose une sélection de produits a priori sans risque.

Après la liste des 1000 produits d’usages quotidiens jugés nocifs par l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, 60 Millions de Consommateurs nous dresse une liste plus rassurante et positive des produits sains et sûrs pour la santé que l’on peut trouver en grandes surfaces.

La liste des produits sains et surs

L’association 60 Millions de Consommateurs a décrypté 150 produits d’hygiène et cosmétiques. 52 sont à bannir de la consommation tandis que 60 sont à privilégier et sont considérés comme sans risque pour la santé et l’environnement.

On retrouve par exemple le lait hydratant bio à l’Aloe-Vera de So’Bio Etic ou encore le lait-crème concentré d’Embryolisse pour les soins hydratants de grandes surfaces. Côté capillaire, on trouve le shampoing bio pour cheveux normaux de la marque Monoprix. Le dentifrice Vademecum bio est aussi sans risque pour la santé.

Retrouver l’intégralité des produits “sains et sûrs” dans le hors-séries Cosmétiques non toxiques de l’association, disponible en Kiosque et en version numérique.

Comment différencier les bons produits des mauvais ?

Comprendre pourquoi un produit est indésirable

Pour 60 Millions de consommateurs, “tous les produits indésirables ne sont pas à mettre dans le même panier”. Certains sont mauvais pour la santé, alors que d’autres ont un impact sur l’environnement sans en avoir sur le corps humain. De la même manière, certains ingrédients peuvent présenter un risque chez une personne plutôt qu’une autre. Les ingrédients allergènes ne le seront alors pas pour tout le monde.

Certains éléments sont à éviter comme le dioxyde de titanium aux risques sévères et potentiellement cancérigènes. Même chose pour les huiles minérales, dérivés pétrochimiques que l'on repère en tant que "mineral oil", ou encore "petrolatum". Quant aux laurylsulfate de sodium, il faut au contraire le dédiaboliser : il est simplement à éviter dans les shampoings à cause de son caractère abrasif pour le cuir chevelu.

Regarder l’ensemble de la composition

Les listes d’ingrédients courtes sont souvent bon signe. Les produits les plus sûrs présentent généralement une composition minimaliste d’une dizaine d’ingrédients. Cela permet aussi de repérer facilement les substances indésirables. Il ne faut pas non plus oublier que les ingrédients sont indiqués par ordre décroissant de quantité. On repère aussi les huiles végétales naturelles à leur nom traduit en latin. 

Changer son mode de consommation

Dans tous les cas, pensez avant tout à ce que peut tolérer ou non votre peau et à la protection de l’environnement. Les produits industriels et suremballés peuvent être remplacés par des produits d’hygiène et cosmétique plus écologiques et économiques. Le mieux est encore de les faire maison. Retrouvez quelques-unes de nos recettes ci-dessous.

Commentaires