À Dijon, des ruches “sans miel” pour sauver les abeilles

À Dijon, des ruches “sans miel” pour sauver les abeilles
À Dijon, des ruches “sans miel” pour sauver les abeilles
Par Juliette Labracherie publié le
4980 lectures

À Dijon, une association d’apiculteurs professionnels veut protéger les abeilles. Elle a installé deux ruches un peu particulières, en plein centre-ville : les abeilles s’y réfugient mais le miel n’est pas récolté. Elles sont simplement destinées au bien-être des abeilles.

Bien que cela puisse surprendre, l’environnement urbain est moins pollué que la campagne pour les abeilles, en raison des pesticides. Les apiculteurs de l’association Sauvegarde des Abeilles Gardiennes de l’Environnement (SAGE), dans la région de Dijon, ont alors installés des ruches garantissant la protection et la prolifération de ces insectes butineurs. Ces ruches sont le projet ambitieux de Marie-Ségolène Clément, Benjamin Puill et Pascaline Logeais, les membres fondateurs d'HAbeeTATION.

Préserver les abeilles des pesticides

C’est un début prometteur pour l’association. Les deux nouvelles ruches rencontrent un grand succès auprès des insectes butineurs. Environ 50.000 abeilles domestiques et sauvages ont adopté leurs deux nouveaux refuges.

“L’insecte est responsable de la pollinisation de 80 % des espèces de plantes que nous connaissons, et, sans elles, on estime que 65 % de la biodiversité est en danger dont 35 % de notre alimentation”

L’association se bat surtout pour faire interdire les produits qui leurs sont nocifs, comme les insecticides. Les ruches sont alors installées dans un environnement qui “limite les contraintes et les menaces” pour les abeilles.

Des ruches “sans miel” pour des abeilles en bonne santé

© HAbeeTATION

Ces ruches ne sont qu’un refuge pour les abeilles. Les apiculteurs veillent simplement à leur tranquillité, puisque le miel n’est pas récolté. Il s’agit d’éviter tout stress qui pourrait altérer leur bien-être.

“Pour leur laisser leurs réserves en hiver, pour minimiser les interventions humaines, pour les laisser construire leur nid librement, et pour ne pas oublier que leur principale mission c'est la pollinisation des végétaux !”

Cette technique permet aussi de favoriser le redéveloppement des essaims sauvages. Les ruches ont été étudiées et construites dans une démarche avant tout écologique, à laquelle chacun peut participer. Pour une entreprise, une association ou un particulier, il est en effet possible de louer une ruche. Il suffit d’avoir un environnement respectant les conditions de la législation, favorable à son implantation.

Si vous souhaitez participer au projet, il suffit de contacter HAbeeTATION, directement depuis son site internet.

Commentaires