Top 7 des phrases clichés que peut entendre un végétarien

Top 7 des phrases clichés que peut entendre un végétarien
Top 7 des phrases clichés que peut entendre un végétarien
Par Olivia Cheval publié le
8674 lectures

« Quoi ?! Tu ne manges pas de viande ? Mais tu manges quoi hormis de la salade et du tofu ? ». Quel végétarien n’a pas fait l’objet de remarques ou de blagues lourdes à l’évocation de son régime alimentaire ? À la rédac, on a pris le parti d’en rire et de partager avec vous notre palmarès des clichés sur les végétariens… réponses à l’appui !

Quand on est végétarien, on entend tout (et n’importe quoi) sur notre choix alimentaire. Voici notre Top 7 des phrases clichés que les végétariens peuvent entendre au quotidien (et qu’ils ne veulent plus entendre…)

1. « Mais tu manges quoi ? Que tu tofu et de la salade ? »

Qui n’a pas entendu cette phrase dès lors qu’il évoque son végétarisme ? Et non ! Contrairement à ce que beaucoup pensent être végétarien ne signifie en aucun cas ne manger que des légumes ! Graines, tofu, soja, seitan composent l’alimentation. Mais aussi des céréales, des légumineuses ou encore les nombreuses déclinaisons de la nourriture « traditionnelle ». Et sachez-le, le végétarisme le plus répandu inclut les œufs et les produits laitiers. 

2. « Mais tu dois être carencé(e) ! Il faut manger de tout et des protéines pour être en bonne santé ! »

Pas de panique ! Manger végétarien ne signifie en aucun cas faire une croix sur les protéines. Celles-ci se trouvent dans de nombreux aliments d'origine végétal comme le seitan qui est certainement l’un des aliments végétaux des plus riches en protéines ! Protéines, fer et calcium sont également présents dans les fruits et les légumes secs. Pas de quoi s’inquiéter donc pour la bonne santé des végétariens qui par ailleurs ont moins de maladies coronariennes, de cholestérol, d'hypertension, de diabète de type 2 et de cancers de la prostate, du sein et du colon.

3. « Et le cri de la carotte, tu y as pensé ? »

« Et la salade ? Et la tomate ? Elles aussi doivent souffrir quand on les cueille ? ». Souvent entendu sur un ton un brin moqueur (quoique…), cet argument du « cri de la carotte » constitue un basique des clichés entendus par les végétariens. Rappelons-nous que les végétaux ne possédant pas de système nerveux, ils ne peuvent souffrir, contrairement aux animaux. Et puis si vraiment cela vous inquiète, sachez que cultiver des légumes pour nourrir les animaux d’élevage représente plus de 33% des terres cultivables de la planète.  Alors si vous craignez que les carottes souffrent, devenez végétarien !

4. « Tu es sûr que tu ne veux pas goûter au saucisson ? »

Ou au pâté ou prendre un bonbon ? Une fois annoncé qu’on est végétarien, famille et amis tentent de nous faire céder. Et tout y passe jusqu’aux bonbons faits de gélatine de porc sous couvert de « ce n’est pas vraiment de la viande ». Sachez-le être végétarien c’est avant tout refuser la souffrance et la mort d’un animal. 

5. « Les hommes ont toujours mangé de la viande. C’est dans notre nature »

L’homme serait donc naturellement carnivore. Pourtant quand on se penche sur l’Histoire, il en ressort que nos lointains ancêtres étaient des cueilleurs et non des chasseurs ! Et si on se penche sur notre dentition ou encore notre système digestif, on remarque que nous sommes en réalité des frugivores. 

6. « À quoi ça sert ? Il y aura toujours des personnes qui mangeront de la viande ! »

On est d’accord mais si chacun agit à sa propre échelle, petit à petit la situation évoluera. N’est-ce pas préférable à l’immobilisme ? Et puis être végétarien consiste aussi à écouter sa conscience sans se préoccuper à tout prix de ce que font les autres.

7. « Et les enfants qui meurent de faim, tu y as pensé ? C’est quand même plus important que les animaux ! »

Aïe, aïe, aïe ! Cette phrase fait bondir tous les végétariens ! S’occuper des animaux ne signifie pas renoncer aux autres causes humaines ! Bien au contraire même, puisque notre comportement face aux animaux a de grandes chances d’influer sur notre attitude vis-à-vis des hommes. Et puis savez-vous que si nous réduisons notre consommation de viande, c’est la ration calorique des habitants du Tiers-Monde qui augmenterait permettant ainsi à des millions d’enfants d’échapper à la malnutrition.

Commentaires