L’avocat, l’or vert qui menace l’environnement

Par Elodie Sillaro publié le
6739 lectures

Plébiscité par les nutritionnistes, apprécié des foodistas et des végétariens, l’avocat est le nouveau fruit tendance. Un véritable or vert dont la culture est pourtant bien sombre.

Star des réseaux sociaux, l’avocat est devenu le fruit fétiche des sportifs, végétariens, vegans et foodistas. Mais, ce n’est pas pour rien. Riche en protéines, en fibres, en graisses mono-insaturées (les plus intéressantes) et en vitamines, l’avocat est idéal lorsqu’on adopte un mode de vie sain ! Ces trois dernières années, son volume de consommation a été multiplié par trois et la France est le pays le plus gourmand : 1.5kg par personne et par an.

Un fruit très gourmand en eau

Des hivers doux, des étés ensoleillés et prolongés, l’Andalousie (au sud de l’Espagne) est une région idéale pour la production d’avocats. Dans les coopératives agricoles de la province de Malaga, la demande a progressé de 20% l’année passée. Des fruits qui sont importés partout en Europe, principalement en France. Outre son prix qui ne cesse d’augmenter, l’avocat est très gourmand en eau et assoiffe les terres déjà arides. Pour faire pousser trois avocats, il faudrait 1000 litres d'eau.

Un fruit qui vient parfois de bien plus loin

Avant de parvenir sur nos étals français, l'avocat vient parfois de bien plus loin que le sud de l'Espagne. Il fait parfois un long périple depuis le Pérou, le Chili et le Mexique, trois pays dans lesquels il génère des conséquences catastrophiques sur l'environnement et les populations. En janvier dernier, France 5 avait diffusé un documentaire "L'avocat, un fruit qui fait sa loi" qui révélait la destruction des forêts mexicaines et la mainmise des cartels sur les agriculteurs. La capitale de l'avocat, Tancitaro, avait même connu un "guerre de l'or vert" en 2013, entre producteurs lourdement armés et narcotrafiquants. Quant aux populations, elles sont parfois privées d'eau qui est privatisée et réservée aux cultures. 

Commentaires