7 astuces pour résister à la gourmandise

7 astuces pour résister à la gourmandise
7 astuces pour résister à la gourmandise
Par Randy Compay publié le
3734 lectures

Boulangerie, pâtisserie, rayon confiserie du supermarché, soirée entre amis, desserts au déjeuner, la liste des tentations auxquelles nous cédons parfois est longue. La gourmandise peut être agréable lorsqu’on y cède en toute conscience mais elle peut parfois prendre un autre visage auquel on voudrait résister. Voici 5 astuces pour résister à la gourmandise et manger en pleine conscience.

Gourmandise, pourquoi est-ce une habitude à éliminer ?

La gourmandise peut être un véritable plaisir qui nous fait du bien lorsqu’on choisit d’y céder en toute conscience : deux carrés de chocolat avec son café, un superbe fondant au chocolat au restaurant, une part de fraisier bien crémeux pour un anniversaire, une pizza sur le pouce entre amis. C’est parfois l’occasion de partager un véritable moment de convivialité. Mais, la gourmandise peut également nous jouer des tours lorsqu’on ne la maîtrise plus : paquet de gâteaux dévoré devant la télévision, pain au chocolat au goûter des enfants, repas trop copieux et sensation de ballonnement en fin de repas.

La gourmandise, qui se prête souvent à des débats plutôt légers, comporte une phase plus sombre : la suralimentation. Céder à la gourmandise revient à manger alors que l’on n’en ressent pas le besoin et peut conduire à de mauvaises habitudes alimentaires voire certains problèmes de santé (surpoids, diabète et autres maladies cardiovasculaires). Alors pour adopter un mode de vie sain sans prise de tête, voici quelques astuces.

1. Fonctionner par portion

Selon la nutritionniste anglaise Rhiannon Lambert, fonctionner par portion pour composer son repas est primordial pour établir les bonnes quantités. Pour cela, elle propose d’utiliser sa main comme mesure de portion. Une paume de protéines, une main pour les féculents, une autre pour les légumes. L’experte conseille aussi de d’associer protéines et glucides lors des repas (même au déjeuner par exemple) afin d’éveiller l’hormone du bonheur (sérotonine) lors de la dégustation. La sensation de bien manger réduit les chances de grignoter entre les repas.

2.  Ne plus manger avec ses émotions

Le problème de la gourmandise n’est pas seulement ce qu’on mange, mais comment on se sent lorsque l’on mange. En effet, les émotions négatives comme l’ennui, la tristesse ou le stress peuvent amener à grignoter alors que l’on n’a pas réellement faim. Pour éviter cela, on s’éloigne de l’environnement responsable de cet état. Dans ce cas le mieux est de quitter la salle ou changer d’activité, et prendre un moment pour se détendre en respirant un bon coup. Vous vous apercevrez ensuite que votre fringale aura disparu.

3.  Dormir suffisamment

Le sommeil joue un rôle important sur les hormones qui régulent notre appétit et notre comportement alimentaire, notamment la leptine. Le manque de sommeil entraîne une baisse de la sécrétion de cette hormone et augmente ainsi la sensation de faim. Une courte nuit nous poussera donc à manger plus dans la journée. Pire encore, on aura tendance à se laisser aller au grignotage d’aliments gras et sucrés (pâtisseries, viennoiseries, pizza, etc.). Assurez-vous donc de dormir suffisamment.

4.  Prendre le temps de mâcher correctement

Engloutir son repas en vitesse remplit l’estomac, mais il y a de fortes chances que l’on mange plus que nécessaire et que notre faim se réveille avant l’heure du prochain repas. Il donc faut prendre le temps de manger plus lentement. Mâcher sa nourriture et la garder plus longtemps (au moins 30 secondes) en bouche permet au cerveau de déclencher la sensation de satiété. Une astuce qui peut aider : reposer sa fourchette à chaque bouchée.

5. Se concentrer lorsque l’on mange

Téléphone, ordinateur, télévision, nos repas s’accompagnent de plus en plus de ces distractions qui nous empêche de nous concentrer sur nos repas. De plus profiter de ce que l’on mange, en prenant le temps de savourer l’odeur, la texture, la saveur est l’une des clés d’une bonne digestion. Prendre le temps de découvrir ce que l’on porte à ses lèvres et porter une attention particulière à son assiette sont une façon de manger en pleine conscience. Ainsi, en profitant bien de ses repas, les tentations qui nous entourent n’ont plus aucun effet sur nous.

6.  Éviter les aliments pièges

Chips, barres chocolatés et biscuits industriels en tous genre sont de véritables pièges à graisse et à sucre. Après la première bouchée, vous ne parvenez plus à vous arrêter ? C’est tout à fait normal, ces aliments généralement très salés, très gras ou très sucrés, contiennent des arômes artificiels. Ces additifs alimentaires, notamment le “E621” communiquent au cerveau la sensation de faim. Ces aliments entraînent donc une suralimentation presque addictive.

7.  Le jeûne occasionnel  

Le dernier commandement peut être sujet à débat. Pourtant, il a été prouvé qu’un jeûne occasionnel peut être bénéfique pour la santé. Il aurait pour usage de faire prendre en compte à notre corps les nutriments qu’il emmagasine. Certains parlent même des effets du jeûne comme une “réinitialisation” du comportement alimentaire. Monodiète d’une à trois journées, cure de jus, jeûne hydrique, il existe plusieurs façons de jeûner. Toutefois, ne vous lancez pas dans l’aventure sans précaution, le jeûne ou la cure detox se prépare en amont pour ne pas trop brutaliser l’organisme.

 

Commentaires