En Camargue, les canards remplacent les pesticides dans les rizières

Par Randy Compay publié le
3574 lectures

En Camargue, Bernard Poujol, un riziculteur, a mis en place une solution 100% naturelle pour remplacer les pesticides. Ce dernier a recours depuis six ans à des canards qui se chargent d’éliminer les mauvaises herbes de sa rizière. Une alternative responsable et inspirante qui devrait en interpeller plus d’un.

Alors que les débats sur le glyphosate remuent encore l’Union Européenne, des solutions non-chimiques pointent le bout de leur nez. Utilisées un peu partout dans le monde, ces techniques sont souvent mécaniques ou biologiques. Celle de Bernard Poujol vient quant à elle d’Asie et se réalise à l’aide de petits ouvriers assez spéciaux, des canards.

Une méthode naturelle et rentable pour un riz de qualité

Cette technique ancestrale chinoise consiste à lâcher des canards dans les rizières pour que ceux-ci grignotent les mauvaises herbes. La méthode 100% naturelle est relancée au Japon dans les années 80 par Takao Furuno, un riziculteur en pleine transition biologique. Et c’est cette méthode que récupère Bernard Poujol pour sa rizière camarguaise. Tous les printemps, le producteur lâche donc 1200 canards dans sa rizière de trente hectares. C’est en menant tout simplement leur vie qu’ils entretiennent la rizière. En se nourrissant des mauvaises herbes, en remuant la terre et en pataugeant dans l’eau, ils favorisent la production du riz. La rizière devient ainsi l’environnement propice au développement d’une riche biodiversité. Cette production - qui n’a recours à aucun engrais ni pesticide - apporte aussi des résultats gratifiants, avec un rendement de quatre tonnes de riz par hectares !

“Je suis très fière de produire du riz camarguais sans faire violence ni à l’environnement ni aux animaux qu’on élève”

Dans un reportage tourné par “Des racines et des ailes”, Bernard Poujol se félicite de sa rizière biologique qu’il espère porter comme un lieu de préservation de la nature auprès des générations futures.

 

 

Commentaires