Viandes et produits laitiers : Greenpeace dénonce l’influence des lobbies dans les cantines scolaires

Viandes et produits laitiers : Greenpeace dénonce l’influence des lobbies dans les cantines scolaires
Viandes et produits laitiers : Greenpeace dénonce l’influence des lobbies dans les cantines scolaires
Par Cécilia Ouibrahim publié le
765 lectures

On le sait, l’excès de consommation de viande et de produits laitiers est néfaste pour la santé, notamment pour celle des enfants, alors en pleine croissance. Et pourtant, il y aurait beaucoup trop de viande dans les assiettes servies dans les cantines. L’ONG Greenpeace mène son enquête et dénonce les répercussions de cette industrie sur la santé de nos bambins.

Surpoids, obésité, diabète… La consommation centrée principalement autour des aliments d’origine animale a provoqué une considérable augmentation des maladies chroniques ayant pour origine notre mode d’alimentation moderne. Publiée aujourd'hui, une enquête de Greenpeace dénonce l’influence des filières viande et produits laitiers sur les normes de l’État dans les cantines scolaires.

Des quantités de protéines animales “démesurées”

Pour débuter son enquête Greenpeace part du constat suivant : il y aurait entre deux et six fois trop de protéines animales dans les assiettes servies dans les écoles ! Ce chiffre est consternant au regard des recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) qui définit pourtant des recommandations nutritionnelles officielles assez strictes. Le Groupe d’Étude des Marchés - Restauration Collective et Nutrition (GEM-RCN) est chargé de conseiller les cantines sur les quantités de viande et produits laitiers recommandés. Cependant, Greenpeace France constate que ce groupe d’étude de marchés ne rassemble ni scientifiques ni même aucun représentant de l’État. Aussi, les responsables des filières végétales y figurent en minorité face à ceux des filières viande et produits laitiers.

 « Les enfants se retrouvent à la cantine avec des quantités de protéines animales démesurées qui n'ont rien à voir avec les recommandations nutritionnelles scientifiques » déclare Laure Ducos, chargée de campagne agriculture chez Greenpeace France.

Des publicités en classe pour la propagande de la viande 

Les représentants des filières viande et produits laitiers interviennent également dans les classes. Kits pédagogiques, tatouages promotionnels « Parce que je le veau bien », rien n’arrête leur campagne à l'effigie de la viande. Des distributions signées Interbev, l’Interprofession du bétail et des viandes, qui veut impulser la (sur)consommation de viandes et de produits laitiers.

« Recréer un lien avec l’alimentation est primordial chez les jeunes générations, mais cela doit être fait de façon objective. On ne peut pas laisser des représentants d’intérêts privés manipuler l’esprit des enfants et les laisser promouvoir ce mythe qu’il faut consommer encore et toujours plus de protéines animales » selon Laure Ducos

Greenpeace France lance aujourd’hui une pétition pour un encadrement plus contrôlé des lobbies de la viande et des produits laitiers dans les instances de décisions. L’organisation s’adresse à Emmanuel Macron pour interdire aux représentants des filières viande et produits laitiers d’intervenir dans les écoles et dans les instances de décisions.

Pour deux repas végétariens par semaine

La pétition sollicite également le Président de la République pour l’introduction de deux repas végétariens par semaine dans les cantines à partir de 2020. Greenpeace demande également l’augmentation de la part du bio dans toute la restauration scolaire pour une amélioration de la qualité des repas servis à nos enfants.

« Il est très important que le repas servi à la cantine soit représentatif de ce qui est bon pour la santé et bon pour la planète. Donc moins de viande, plus de protéines végétales, le tout de meilleure qualité avec du bio et du local, bien cuisiné pour que ça plaise aux enfants » explique Laure Ducos

Découvrez la pétition sur greenpeace.fr

Commentaires