Le foie gras sans gavage rendu possible grâce à des scientifiques de Toulouse

Le foie gras sans gavage, bientôt possible à Toulouse
Le foie gras sans gavage, bientôt possible à Toulouse
Par Mathieu Doutreligne publié le
7941 lectures

Des scientifiques toulousains ont mis au point une technique d’alimentation sans gavage qui permet d’obtenir du foie gras d’oie naturellement. Une technologie nutritive innovante qui produit dans le respect du bien-être animal.

Que vous consommiez ou non du foie gras, il faut reconnaître que la technique du gavage, bien que millénaire, est une pratique agressive pour l’animal. Elle consiste à élever des oies ou des canards en les alimentant abondamment et de force afin de les engraisser.

Depuis longtemps, l’opposition est forte et dénonce les effets négatifs sur le bien-être des animaux. Mais au pays du magret, du confit et du foie gras, des scientifiques s’activent pour tenter de trouver une solution et arriver à produire sans gaver.

Alimenter naturellement sans gaver

Pour Aviwell, le foie gras sans gavage est devenu une réalité grâce à une démarche qui préserve le goût du produit et l’éthique dans la production. Cette jeune entreprise du Sud-Ouest a réussi à concevoir un foie gras qui intéressera les consommateurs ayant arrêté d’en consommer par rejet de la maltraitance animale. Nombreux sont ceux qui souhaitent enfin pouvoir manger un foie naturellement enrichi en gras.

L’entreprise ariégeoise a été fondée par trois scientifiques de Toulouse, spécialistes de la flore intestinale et des palmipèdes. Après avoir étudié l’homme, Rémy Burcelin, directeur de recherche au sein de l’Institut des maladies métaboliques et cardiovasculaires, a constaté que la flore intestinale des oies est capable d’augmenter le stockage des lipides dans le foie, donc de la rendre plus grasse. À l’état sauvage, cet animal reproduit ce mécanisme naturellement avant sa migration annuelle.

Un cocktail de ferments naturels

C’est avec Gérard Campistron, docteur en pharmacologie, et Geneviève Bernard, professeur de l’école nationale vétérinaire de Toulouse, que Rémy s’est associé pour effectuer des recherches plus poussées et arriver à trouver une technique d’alimentation naturelle et sans gavage qui rend le foie gras.

Concrètement, l’équipe de scientifiques a mis au point un “cocktail de ferments” que les animaux ingèrent de façon naturelle. 20 semaines plus tard, les oies ont un foie gras de 350 grammes, équivalent à celui qu’elles ont avant la migration, le tout en préservant le bien-être animal. De leurs côtés, les foies issus du gavage font en général 800 grammes.

“Nous avons identifié un groupe de bactéries chez des oies qui ont un foie naturellement gras et qui sont responsables de ce mécanisme naturel.” Rémy Burcelin

Aviwell n’en est qu’à ses débuts. Aucun produit n’est encore commercialisé, mais la production va commencer dès 2018. La qualité a un prix et l’entreprise vise le marché du luxe, elle espère produire 1,5 tonnes de foie gras en 2019. Pour rappel, rien qu’en France, 20.000 tonnes de foie gras avec gavage sont produits tous les ans.

Actuellement, l’entreprise lance un appel de fonds à travers une campagne de financement participatif via Wiseed pour développer son activité et améliorer le processus de ferments.

Commentaires