Café filtre ou capsule, quelle solution pour la planète ?

tasse de café posée sur une table en bois
Café filtre ou capsule, quelle solution pour la planète ?
Par Olivia Cheval publié le
3495 lectures

Avant les années 90, on buvait principalement du café filtre. Mais depuis, les capsules et dosettes ont envahi nos cuisines. Mais, entre le café filtre et les capsules, quelle est la meilleure solution pour préserver notre planète ?

Deuxième boisson la plus bue en France après l’eau, le café séduit 90 % de la population mondiale. En tant que consommateurs de café, savez-vous quel mode de préparation est le plus écologique ? L’emballage de notre café est-il le seul paramètre à prendre en compte pour préserver l’environnement ? Les capsules ont-elles vraiment une empreinte écologique plus importante que le café filtre ? On vous éclaire.

Café filtre ou capsule ?

Le sujet sur les capsules fait souvent débat autour de la machine à café. Faut-il les supprimer, opter pour des capsules en aluminium qui sont recyclables ou d’autres matériaux plus ou moins biodégradables ? Le café filtre semble a priori plus écologique. Pourtant faire son café avec une cafetière filtre électrique génère majoritairement une empreinte plus élevée que le café en capsules. La raison consiste en une utilisation plus importante d’eau, de café et au fait que la cafetière reste bien plus longtemps allumée.

Les capsules quant à elles si elles sont triées puis recyclées ont une empreinte plus réduite. Selon Tristan Lecomte*, « l’empreinte carbone moyenne d’une tasse de café filtre est autour de 120 grammes d’équivalent Co2, un café-capsule autour des 100 grammes. »

Quel café pour préserver la planète ?

Le café filtre est le mode de préparation le plus écologique, mais seulement si on ne chauffe que l’eau nécessaire et si on boit la cafetière dans sa totalité. Le café en capsule quant à lui devra être recyclé s’il est en aluminium soit en déposant les capsules dans un point de dépôt soit en les jetant dans la poubelle jaune.

Mais, quel que soit le café choisi, filtre ou café, il est préférable de choisir des marques engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique et la réduction de leur empreinte environnementale et sociale (café biologique, café issu du commerce équitable).

La culture du café, la véritable empreinte écologique

Le mode de culture du café impacte le plus le bilan écologique d’un café. Ainsi l’empreinte sera catastrophique si le café a été produit sur des terres déforestées pour le planter ou s’il a subi des traitements à base d’engrais ou de pesticides. Dans le pire des cas, la culture du café est responsable de près des 70 % de la charge environnementale d’une tasse de café et dans le meilleur des cas d’à peine un pour cent**.

* Fondateur d’AlterEco, créateur de Pur Projet
** Étude de l’Empa

Commentaires